Joëlle Bergeron : "Et si le FN devenait un parti d'énarques ?"

le
1
Joëlle Bergeron était seconde sur la liste FN de la circonscription Ouest aux européennes.
Joëlle Bergeron était seconde sur la liste FN de la circonscription Ouest aux européennes.

À 63 ans, Joëlle Bergeron fait partie du paysage politique breton depuis une quarantaine d'années. Elle s'est engagée aux côtés de son mari au Front national dès le début. Devenue veuve, elle a repris le combat local et est entrée au conseil municipal de Lorient aux dernières municipales. La candidate FN a été l'une des surprises des européennes dans la circonscription Ouest. Avec la tête de liste Gilles Lebreton, elle a été élue pour siéger au Parlement européen. Pourtant on l'a poussée à la démission. Marine Le Pen lui reproche ses propos en faveur du droit de vote des étrangers lors d'un débat à Rennes. Joëlle Bergeron affirme quant à elle que son éviction avait été actée bien avant pour permettre à Gilles Penelle, un proche breton de Marine Le Pen, de siéger au Parlement européen. Le Point.fr : Vous affirmez que votre démission n'est pas liée à vos propos sur le droit de vote des étrangers en France, mais au refus du principe de parité par les cadres du FN. Joëlle Bergeron : En effet, Marine Le Pen ne dit pas la vérité. Tout d'abord, je voudrais préciser que ces propos n'ont pas été bien compris. J'ai dit qu'un étranger, anglais, allemand ou arabe, s'il payait ses impôts et travaillait en France, devrait pouvoir voter aux élections locales. Il travaille pour le pays après tout. On m'a reproché de dire que les Arabes et les musulmans voteraient en France, sans comprendre ce que j'avais dit. Ma démission est...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • opelin le mardi 27 mai 2014 à 17:20

    La seule différence qu'il existe entre un élu UMP, PS, FN, PRG, DVG ... le classement à la sortie de l'ENA. Comme dans toutes les écoles le classement final permet de choisir et les derniers prennent ce qui reste car ils veulent aussi exister.C'est comme ça qu'au gré des vents les vestes se tournent parfois plusieurs fois dans une carrière. Il n'y a aucune idéologie dans un Enarque, juste une volonté de briller personnellement en politique.