Joel Pohjanpalo, l'homme qui voyait triple

le
0
Joel Pohjanpalo, l'homme qui voyait triple
Joel Pohjanpalo, l'homme qui voyait triple

Depuis la rentrée, le Bayer Leverkusen a un nouvel épouvantail. Une tête blonde aussi angélique en photo que diabolique sur le terrain, le Finlandais Joel Pohjanpalo, buteur frénétique et très pressé, qui n'aime rien tant que de crucifier les équipes à peine sorti du banc.

Il y a un an, le 22 septembre 2015, Robert Lewandowski entrait à la mi-temps d'un Bayern Munich-Wolfsburg pour marquer l'histoire. Les Bavarois sont menés 1-0, et alors ? Le Polonais assomme la partie avec un quintuplé en neuf minutes. Dix jours plus tard, à 1 500km de là, Kun Agüero tentait sa chance lors d'un Manchester City-Newcastle en s'envoyant un quintuplé en vingt minutes. Joel Pohjanpalo, lui, a fêté ses vingt-deux ans hier, et se sent peut-être trop jeune pour de telles acrobaties. Alors il se contente pour l'instant de planter des triplés en un quart d'heure, de marquer quatre buts en BuLi en trente minutes passées sur le terrain, et d'être l'unique buteur de Leverkusen en championnat. Le tout en deux journées, et le voilà qui vient prendre la pose avec la machine Lewandowski en tête du classement des buteurs outre-Rhin. De quasi-anonyme, il a donc fallu deux matchs, dont une performance démentielle samedi dernier face à Hambourg, pour que le Finlandais devienne l'attraction de ce début de championnat. Lors de la première journée, Joel Pohjanpalo avait tranquillement patienté sur le banc avant d'entrer à la 78e, et de marquer deux minutes plus tard. Histoire de lancer sa saison en douceur, malgré la défaite (2-1) face à Mönchengladbach. Et lors de son coup de folie hambourgeois, il a, là aussi, gentiment fait la queue, n'entrant en jeu qu'à la 72e minute, alors que son équipe perdait 1-0. Un premier but à la 79e, deux autres dans les arrêts de jeu, et le bonhomme rentre à la maison avec trois buts et trois points, la mèche blonde platine à peine décoiffée.

Inspecteur gadget


La partie avait pourtant démarré comme un cauchemar pour Leverkusen. Bellarabi se blesse aux adducteurs dès la première minute, et la sortie minable de Leno aux 35 mètres à l'heure de jeu avait coûté un but au Bayer, qui courait droit vers une deuxième défaite consécutive. Agacé sur le bord du terrain, Roger Schmidt avait fini par envoyer son arme fatale au combat, en ne lui donnant que cette consigne simple : " Marque un but. " Facile à dire, encore moins à faire, visiblement. Alors que le pauvre Chicharito a enquillé les buts toute la saison dernière, et que presque tout le monde s'en fiche, Joel Pohjanpalo amène un joli coup de projecteur sur lui et sur le Bayer Leverkusen. Pourtant, l'attaquant n'en est toujours qu'au…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant