Joe Biden salue le choix d'un nouveau Premier ministre irakien

le
0

ERDGARTOWN, Massachusetts, 11 août (Reuters) - Le vice-président américain Joe Biden a félicité lundi le président irakien Fouad Massoum pour la désignation d'un nouveau Premier ministre et a rappelé l'urgence qu'il y avait à constituer un nouveau gouvernement afin de sortir du blocage politique en Irak. Au cours d'une conversation téléphonique, Biden et Massoum ont discuté de la nomination d'Haïder al Abadi auquel est confiée la tâche de constituer un cabinet gouvernemental, indique la Maison blanche dans un communiqué. "Le vice-président a félicité Massoum pour être parvenu à cette étape essentielle et a renouvelé les appels répétés du président Obama en faveur de la création rapide d'un nouveau gouvernement plus 'inclusif' capable de répondre aux inquiétudes légitimes de tous les Irakiens", ajoute le communiqué de la présidence américaine. Biden a également réitéré le soutien des Etats-Unis à Massoum en tant que garant de la Constitution irakienne, ajoute la Maison blanche. Le président français François Hollande et le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, élu chef de l'Etat dimanche, ont eux aussi exprimé "leur plein soutien aux efforts" du président Fouad Massoum et au président du parlement Salim al Djoubouri. Lors d'un entretien téléphonique, les deux hommes "ont mis en avant la nécessité que soit rapidement créées en Irak les conditions politiques permettant de lutter efficacement contre l'Etat islamique et de répondre aux aspirations de l'ensemble de la population du pays", peut-on lire dans un communiqué de la présidence de la République. Hollande et Erdogan ont souhaité que le Premier ministre irakien désigné, Haïder al Abadi, "puisse rapidement former un gouvernement d'union nationale". Le Premier ministre irakien sortant Nouri al Maliki que ses adversaires mais également une partie de son camp chiite considèrent comme responsable des violences intercommunautaires dans le pays, a décidé de s'accrocher au pouvoir. Ses partisans ont immédiatement fait valoir que son remplacement était illégal. Le nouveau Premier ministre Haïder al Abadi "ne représente que lui-même", a déclaré Khalaf Abdoul Samad, membre du parti de Maliki, lisant un communiqué à la télévision publique. Le gendre du chef du gouvernement a annoncé pour sa part que la décision de remplacement enfreignait la Constitution et allait être contestée devant la Cour suprême fédérale irakienne. (Jeff Mason, avec Elizabeth Pineau à Paris; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant