Joachim Son-Forget (LREM) : "La démocratie n'existe que dans l'altérité"

le
0
Joachim Son-Forget est député des Français de l'étranger. Avec ses colistiers, il briguait, ce samedi, le bureau de La République en marche. 
Joachim Son-Forget est député des Français de l'étranger. Avec ses colistiers, il briguait, ce samedi, le bureau de La République en marche. 

Ni frondeur ni dissident. Joachim Son-Forget, député de la 6e circonscription des Français de l'étranger, se présente comme une simple voix différente au sein de La République en marche. Il était à l'initiative de la « liste 3 » (92 votes), battue samedi par la « liste 4 » (386 votes), qui avait les faveurs de Christophe Castaner et d'Emmanuel Macron pour constituer le bureau de LREM. Il livre ses impressions au Point.

Le Point

: Le vote s'est fait à main levée, vous n'avez pas réussi à obtenir un vote à bulletin secret? C'est un échec? ?

Joachim Son-Forget : Le vote à bulletin secret n'était pas l'alpha et l'oméga de la journée. Je le défendais, car je trouve que le secret de l'isoloir, c'est idéal. Si tout le monde se sentait libre en votant à main levée, on aurait enlevé les isoloirs de tous les pays du monde. Cela étant dit, l'ambiance était détendue et nous avons défendu l'idée que la démocratie devait vivre en interne.

Pensez-vous que La République en marche doit s'interroger sur son fonctionnement démocratique? ?

J'ai récemment relu Levinas qui cite Ric?ur : « Il n'y a pas de soi sans un autre qui le convoque à la responsabilité »? Cela signifie tout simplement que la démocratie n'existe que dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant