JO: Yohann Diniz, de la joie au désarroi

le
0

par Chrystel Boulet-Euchin

LONDRES (Reuters) - Chute, huitième place sur la ligne, disqualification pour ravitaillement hors zone, le Français Yohann Diniz a tout vécu samedi dans le 50 km marche des Jeux olympiques de Londres.

Le Russe Sergey Kirdyapkin, l'Australien Jared Tallent et le Chinois Tianfeng Si fêtaient leur médaille d'or, d'argent et de bronze, Johann Diniz disait sa satisfaction d'avoir effacé son échec de Pékin lorsque des journalistes lui ont appris son infortune.

"J'ai été quoi? Qui ça? Nooon! C'est pas possible", a déclaré le double champion d'Europe et vice-champion, du monde.

"Je suis disqualifié? Je tombe des nues, je ne sais pas", a-t-il ajouté avant de tourner les talons pour rejoindre son entraîneur Pascal Chirat.

La Fédération française d'athlétisme a fait appel de cette sanction. Le verdict sera connu ce soir à l'issue des épreuves d'athlétisme au Stade olympique.

Pascal Chirat a expliqué qu'il avait été averti de la disqualification par un juge durant la course mais avait préféré ne pas en informer son coureur.

"On ne lui a rien dit pour ne pas risquer l'abandon car aujourd'hui il a fait la course parfaite. Il y a un jury d'appel, ça peut être assez long", a expliqué le technicien dont le poulain avait connu l'abandon en 2008, aux Jeux de Pékin.

"Pour moi, il n'a rien pris hors zone mais ça peut être parole contre parole, selon la vidéo."

CHUTE

Il ne s'agit pas de la seule déconvenue pour le marcheur originaire d'Epernay, licencié à Reims, qui pouvait encore rêver de podium avant une chute au 39e km.

Il a finalement terminé en trois heures 39 minutes et 32 secondes, à deux minutes du Russe Sergey Kirdyapkin.

"Aujourd'hui, je suis tombé sur plus fort que moi. J'ai fait une super course, un super temps, et je n'ai pas grand chose à me reprocher", disait-il avant de prendre l'énorme coup de bambou de l'annonce de sa disqualification.

Concernant sa chute, il a dit qu'elle n'avait eu aucune incidence sur le résultat final - même si elle est le reflet d'un manque certain de lucidité - et il l'a attribuée à un moment d'inattention.

"J'ai regardé Pascal (Chirat) et je me suis pris la barrière. J'ai dû perdre dix secondes mais ce n'est pas ça le problème. Je ne pense pas qu'il m'était possible d'aller plus vite, tout simplement", a-t-il dit.

"Je me suis battu, je peux vous le jurer sur ce que j'ai de plus cher. Je ne suis pas frustré, aujourd'hui, le titre n'était pas pour moi. Il y a maintenant un bilan à faire."

Le marcheur, qui dit avoir souffert d'un petit problème d'allergie en raison de nombreux peupliers sur le site, envisage de passer sur la distance inférieure, 20 km, l'année prochaine.

A 34 ans, il s'imagine du voyage pour les Jeux de Rio, en 2016.

"Rio, c'est dans quatre ans, il faut réfléchir mais pourquoi pas le doublé (20 et 50 km)", a-t-il dit.

C'était avant de savoir qu'il était disqualifié. Son enthousiasme a, peut-être, depuis, été douché.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant