JO: vers un final en beauté pour les Bleus?

le
0
JULIEN ABSALON POURRAIT OFFRIR À LA FRANCE UNE NOUVELLE MÉDAILLE AUX JO
JULIEN ABSALON POURRAIT OFFRIR À LA FRANCE UNE NOUVELLE MÉDAILLE AUX JO

par Chrystel Boulet-Euchin

LONDRES (Reuters) - Une médaille assurée en handball et deux, voire trois autres possibles, d'une part en VTT avec Julien Absalon, de l'autre en pentathlon moderne avec Amélie Cazé et Elodie Clouvel: la délégation française a l'occasion dimanche de clore en beauté les Jeux de Londres.

Une chose est sûre, les "Experts" du hand tricolore termineront sur le podium des JO, quel que soit le résultat de la finale qui les opposera à la Suède dans l'après-midi.

Les tenants du titre n'ont aucune intention de s'incliner mais cette éventualité est toujours possible, auquel cas ils devraient se contenter de l'argent.

Les Français se montrent néanmoins prudents, à l'image de leur sélectionneur Claude Onesta qui souligne que les Suédois ne sont pas arrivés là "par hasard".

Quoi qu'en dise le stratège français, les Bleus -seule équipe de l'histoire à avoir détenu en même temps les titres olympique, mondial et européen avant l'échec de janvier dernier en Serbie- partent favoris.

De son côté, Julien Absalon enfourchera son vélo tout-terrain sans la moindre pression, lui qui détient d'ores et déjà deux titres olympiques.

BONUS

Pour lui, une nouvelle médaille ne serait "que du bonus".

"A Athènes, j'étais très jeune et au début de ma domination sur la discipline. A Pékin, j'étais le grand favori et j'ai dû faire face à pas mal d'attentes et de stress", a-t-il expliqué.

"J'arrive ici beaucoup plus relax."

Pression ou pas, le quadruple champion du monde de la discipline est bien l'un des grands favoris, au même titre que le Suisse Nino Schurter.

Avant la cérémonie de clôture, qui promet musique, lumières et humour "so british", le pentathlon moderne peut, lui aussi, prétendre aux honneurs avec Amélie Cazé et Elodie Clouvel.

Escrime, natation, équitation, un combiné course-tir pour finir l'épreuve, la tâche n'est pas facile. Mais Cazé comme Clouvel veulent y croire.

La première peut se targuer d'être triple championne du monde et, à 27 ans, elle compte bien monter sur le podium d'une discipline où elle avait terminé 12e à Athènes en 2004 et 8e à Pékin quatre ans plus tard.

La seconde, ancienne nageuse entraînée par Philippe Lucas âgée de 23 ans, peut rêver d'une médaille et pourquoi pas l'or que peuvent revendiquer une dizaine de prétendantes.

Alors, belle surprise ou déconvenue? Réponse dimanche sur les terrains de jeux londoniens.

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant