JO: une soirée pour l'argent pour les nageurs tricolores

le
0
LES RELAYEURS BLEUS EN ARGENT SUR 4X200M NAGE LIBRE
LES RELAYEURS BLEUS EN ARGENT SUR 4X200M NAGE LIBRE

par Mario Andres

LONDRES (Reuters) - Yannick Agnel et Camille Muffat ont garni mardi leur collection de médailles en passant de l'or à l'argent sur le relais 4x200 m nage libre pour le premier, au 200 m nage libre pour sa camarade de club.

Sacré sur 200 m nage libre et sur le relais 4x100, le Niçois a ponctué à nouveau un superbe effort collectif lancé par Amaury Leveaux, poursuivi par Grégory Mallet et intensifié par Clément Lefert pour offrir à ses copains une deuxième place et un nouveau record de France en 7'02"77.

Mais ce ne fut pas assez pour aller chercher les Américains, surmotivés par la perspective d'offrir à Michael Phelps une 19e médaille olympique, et qui l'ont emporté en 6'59"70.

"On a monté une marche par rapport à Shanghai, mais les Américains aussi", a expliqué Clément Lefert, évoquant les championnats du monde où les Tricolores avaient taquiné les intouchables nageurs à la bannière étoilée.

"Quand ils ont un challenge en tête, comme celui d'offrir une nouvelle médaille à Phelps, ils sont durs à aller chercher", a enchaîné Amaury Leveaux.

Pour sa septième course de ces Jeux, Yannick Agnel, qui s'est également qualifié pour le 100 m nage libre de mercredi, a eu la bonne surprise de recevoir les hommages du nageur le plus titré de tous les temps.

"Phelps m'a félicité pour mon titre sur le 200 m nage libre. Il m'a dit que c'était l'une des cinq plus belles finales de tous les temps. Si ça vient de maître Phelps en personne, ça doit être vrai", a lancé le double médaillé d'or, avant de penser aux copains.

"C'est un relais jeune, qui est né à Dubai et à Shanghai, et qui a une large marge de progression", a-t-il estimé.

Et Clément Lefert, le troisième Niçois de cette équipe de France, de rappeler que "le relais 4x200 mètres est l'étalon du niveau de la natation française".

Si cette médaille n'a pas l'éclat de celle du relais inférieur, elle fait tout de même date puisque la France n'avait pas gravi le podium de la spécialité depuis 1952.

Pour Yanick Agnel, la moisson n'est peut-être pas terminée puisque subsiste, avant le relais quatre nages, la finale la plus prestigieuse, celle du 100 mètres, dans laquelle il s'est invité avec le septième temps qualificatif.

ARGENT BONHEUR POUR MUFFAT

En or sur le 400 m nage libre, juste un ton en dessous sur le 200: Camille Muffat a obtenu de son côté dans l'Aquatics Centre un argent qui suffit largement à son bonheur.

La deuxième Française championne olympique de natation, usée par ses efforts sur la distance supérieure et par le contrecoup de son titre de dimanche, n'a jamais été en mesure d'inquiéter l'Américaine Allison Schmitt, sacrée en 1'53"61.

Même si elle est restée près d'une seconde en deçà de son record de France en 1'55"58, la Niçoise termine à sa place, la deuxième, à près de deux secondes de sa rivale et plus qu'heureuse de ce deuxième trophée à rapporter de Londres.

"J'avais dit que quoi qu'il arrive sur le 200 m nage libre, une médaille, ou même pas une médaille, ce serait un plus. J'ai vraiment assuré ce que je pouvais assurer dans l'état qui était le mien", a-t-elle dit.

"C'est mon meilleur résultat (sur la distance), alors je suis ravie", a poursuivi la Française, médaillée de bronze des championnats du monde de Shanghai l'an dernier.

La camarade de club du double médaillé d'or Yannick Agnel est d'autant plus épanouie qu'elle savoure encore la joie sans bornes de son titre olympique, le premier de la France à ces Jeux.

"Bien sûr, cela n'a rien à voir avec le 400 m, ça n'a pas la même saveur, mais j'ai réussi à profiter de la folie du 400 m pour réussir ça et j'en suis vraiment très heureuse", a-t-elle dit.

Largement distancée par Allison Schmitt, sa dauphine sur les huit longueurs de bassin, Camille Muffat a géré sa course avec calme et intelligence, contenant jusqu'au bout l'Australienne Bronte Baratt, troisième en 1'55"81.

"Je n'ai pas de regrets parce que Schmitt était loin devant, elle a réussi à vraiment se mobiliser pour cette course", a conclu la Française.

Avec Jean Décotte pour le service français, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant