JO: une athlète grecque exclue pour un tweet raciste

le
0
L'ATHLÈTE GRECQUE PARASKEVI PAPACHRISTOU PRIVÉE DES JO POUR UN TWEET RACISTE
L'ATHLÈTE GRECQUE PARASKEVI PAPACHRISTOU PRIVÉE DES JO POUR UN TWEET RACISTE

ATHÈNES (Reuters) - L'athlète Paraskevi Papachristou, qui devait s'aligner en triple-saut aux Jeux olympiques de Londres, a été exclue mercredi de l'équipe grecque après avoir publié un commentaire jugé raciste sur Twitter, a annoncé le chef de la délégation.

"Tellement d'Africains en Grèce... Au moins les moustiques (porteurs du virus) du Nil occidental mangeront de la nourriture maison", avait-elle écrit.

Son tweet controversé a immédiatement déclenché la polémique en Grèce, au point que plusieurs responsables politiques ont réclamé son exclusion.

"Elle a n'a pas respecté une règle élémentaire de l'olympisme et, malheureusement, elle est exclue", a déclaré Isidoros Kouvelos, le chef de l'équipe grecque, sur la chaîne SKAI TV.

"Elle a fait une erreur et, dans la vie, on paie pour ses erreurs", a-t-il ajouté.

L'athlète de 23 ans a présenté ses excuses mercredi, en affirmant qu'il s'agissait d'une "plaisanterie malheureuse et de mauvais goût".

"Je suis vraiment désolée et honteuse après toutes les réactions négatives que j'ai déclenchées, dans la mesure où je n'ai jamais voulu offenser personne ni violer les droits de l'homme", a-t-elle réagi sur sa page Facebook.

Dans la foulée, son entraîneur, George Pomaski, a estimé que la sanction était trop lourde.

"C'est trop, la peine n'aurait pas dû être aussi sévère", a déclaré à Reuters l'entraîneur, qui ne pouvait pas joindre sa protégée depuis plusieurs heures.

"Elle a disparu", a-t-il dit.

"C'est une grande déception, pas seulement pour elle, mais aussi pour sa famille, pour moi-même, et pour toutes les personnes impliquées dans l'équipe grecque", a affirmé George Pomaski.

Paraskevi Papachristou, qui a fini à la 11e place des championnats d'Europe d'athlétisme en juin dernier, ne figurait pas parmi les principales favorites du triple-saut.

Sa remarque faisait référence à la petite épidémie de virus du Nil occidental qui a fait une victime à Athènes et touché au moins cinq personnes au cours du mois.

Karolina Tagaris et Graham Wood, Simon Carraud pour le service français, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant