JO: un match de gala en ouverture pour les basketteurs français

le
0
UN MATCH DE GALA EN OUVERTURE POUR LES BLEUS
UN MATCH DE GALA EN OUVERTURE POUR LES BLEUS

par Romain Brunet

LONDRES (Reuters) - L'équipe de France de basket masculine, vice-championne d'Europe 2011 mais dont la préparation a été émaillée de divers problèmes, débute son tournoi olympique, dimanche, en affrontant d'entrée les États-Unis, grands favoris de la compétition.

Perturbée par la blessure à l'oeil de Tony Parker, le forfait de Joakim Noah ou encore les problèmes d'assurances de Nicolas Batum et de son capitaine Boris Diaw, l'équipe de l'entraîneur Vincent Collet aborde les Jeux du mauvais pied.

"C'est la pire préparation qu'on a eue depuis que je suis en équipe de France", reconnaît Tony Parker. Je crois qu'on n'a fait que deux entraînements au complet. Je sais qu'il y a beaucoup d'attente mais ce n'est pas la même équipe qui a été vice-championne d'Europe."

Malgré ces soucis, les Bleus devront être prêts, dimanche, à affronter en match d'ouverture les champions olympiques en titre.

"Les jouer d'entrée c'est très bien", veut croire Nicolas Batum. "C'est peut-être là qu'ils seront le plus prenable, comme on a fait il y a deux ans contre l'Espagne en Turquie. C'est un match qu'on doit jouer en se disant que c'est un match de poule comme un autre, même si c'est un gros match pour tout le monde, que c'est une belle affiche et que c'est notre premier match aux JO pour tous les joueurs ici."

"Le problème des Américains, c'est qu'il y a toujours un moment dans le match où ils font imploser leurs adversaires", prévient toutefois Vincent Collet.

"Donc il faut beaucoup de rigueur, beaucoup de sérieux pour pouvoir à la fois conserver le ballon en attaque et puis, défensivement, vraiment essayer de les gêner, d'empêcher les accès du cercle, de défendre sur leurs tirs extérieurs."

Les basketteurs français ont bien conscience qu'ils ont très peu de chances de créer la surprise face aux Etats-Unis, mais savent aussi que les matches décisifs dans leur groupe A, dans lequel figurent également l'Argentine, la Tunisie, le Nigeria et la Lituanie, seront ceux qui suivront.

"LE PLUS LOIN POSSIBLE"

Pour accéder aux quarts de finale, la France doit finir dans les quatre premiers de son groupe. Elle voudra même finir dans les trois premiers pour éviter de croiser au tour suivant l'Espagne, probable futur premier du groupe B, où l'Australie, le Brésil, la Chine, la Grande-Bretagne et la Russie sont aussi présents.

"Je veux aller le plus loin possible et je n'ai pas du tout abandonné l'objectif qui était le nôtre avant que la préparation commence, à savoir aller sur le podium", annonce malgré tout Vincent Collet.

"Simplement, on sait aujourd'hui qu'y parvenir va être plus compliqué. Ça l'était déjà lorsqu'on avait tout de notre côté, et là, vu tout ce qui s'est passé, c'est sûr qu'il va falloir ramer un peu plus fort. Il faudra que l'engagement et la détermination compensent ce qu'on a n'a pas pu faire pendant cette préparation."

Les Bleus devront aussi apprendre à gérer l'atmosphère olympique. Absents des JO depuis ceux de Sydney en 2000, où le groupe emmené par Antoine Rigaudeau, Jim Bilba et Laurent Sciarra avait glané la médaille d'argent, les joueurs actuels de l'équipe de France font figure de novices dans cette compétition et doivent trouver le moyen de rester concentrés.

"C'est vrai que ce n'est pas évident", reconnaît Nicolas Batum. Surtout mercredi (date de l'arrivée des Bleus sur place), "car on en a profité à fond. On a tout de suite foncé à la cafet' quand on est arrivé parce que c'est vraiment un truc énorme. Après on a tout visité, on est allé partout, on a fait tout ce qu'il y avait à faire. C'était journée découverte. L'entraînement, après, n'a pas été fameux car on n'avait pas de jambes. Mais maintenant, c'est bon, on est concentré."

"À chaque fois, les gens t'en parlent, te décrivent ce que c'est que d'être aux Jeux olympiques mais tu ne peux pas comprendre tant que tu ne l'as pas vécu personnellement", ajoute Tony Parker. "C'est assez impressionnant et toutes les choses qu'on nous disait sur le fait de rester concentré, c'est vrai, car tu peux vite tomber dans le Club Med."

La rencontre face aux Américains devrait aider les Français à entrer rapidement dans le vif du sujet. La suite du programme sera corsée : la France affrontera le 31 août l'Argentine (31 août), championne olympique en 2004 et médaillée de bronze en 2008, la Lituanie (2 août), la Tunisie (4 août) et le Nigeria (6 août).

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant