JO: un mardi où les médailles seront chères

le
0

par Olivier Guillemain

LONDRES (Reuters) - Faute de chances de médailles évidentes, la journée des Français de Londres risque de se résumer mardi à l'entrée en piste de Christophe Lemaitre sur 200 m et aux quarts de finale de basket et de handball féminins.

En jetant un rapide coup d'oeil au programme du 11e jour de compétition des JO d'été 2012, il n'y a guère que le pistard Mickaël Bourgain qui semble en mesure d'ajouter une nouvelle récompense au butin français, qui compte désormais 26 médailles.

Une semaine après sa courte apparition forcée sur l'épreuve de cyclisme sur route, le coureur va cette fois-ci retrouver son terrain de prédilection, le vélodrome, pour s'aligner sur le keirin.

En avril dernier à Melbourne, il avait pris la quatrième place des championnats du monde en terminant derrière Chris Hoy, Maximilian Levy et Jason Kenny.

Déjà médaillé en vitesse par équipes à Athènes et en vitesse individuelle à Pékin, Mickaël Bourgain a l'expérience et le talent nécessaires pour aller décrocher, pourquoi pas, un podium dans cette compétition cycliste inventée au Japon.

Mardi, le public français va revoir aussi deux de ses anciens héros de 2008, Steeve Guenot à la lutte gréco-romaine et Julien Bontemps à la planche à voile.

Malheureusement pour ces deux hommes, les quatre années qui viennent de s'écouler tendent à verser dans le pessimisme.

Sacré contre toute attente à Pékin en moins de 66 kg, Steeve Guénot a en effet souvent été blessé au cours d'une olympiade où il s'est peu illustré.

Pour Julien Bontemps, médaillé d'argent à Pékin, les qualifications de ces derniers jours ne sont pas idéalement passées et à l'heure de se présenter en finale, il pointera loin du podium, en sixième position.

Du coup, les satisfactions françaises seront certainement à aller chercher du côté de l'entrée en lice de Christophe Lemaitre en séries du 200 m.

BASKETTEUSES ET HANDBALLEUSES SUR LE PONT

Très détendu à son arrivée à Londres, le sprinteur d'Aix-les-Bains a confié ces derniers jours ne craindre personne.

"Cela fait quatre ans que je m'entraîne et que je me prépare pour ça. Je n'ai rien à craindre et je serai comme d'habitude", a-t-il prévenu.

Au stade olympique, un autre Français disputera une finale, le spécialiste du saut en hauteur, Mickaël Hanany.

Dans les sports collectifs, où les Français ont pris l'habitude de briller depuis le début des JO, deux équipes féminines seront engagées en quart de finale, les basketteuses et les handballeuses.

Les premières citées sont celles qui ont certainement le plus impressionné depuis leur entrée en lice dans le tournoi en enchaînant cinq victoires d'affilée dans la phase de poules, dont deux de prestige face aux Australiennes, vice-championnes olympiques en 2008, et contre les Russes, championnes d'Europe 2011.

Mardi, les Françaises se frotteront aux médaillées d'argent du Mondial 2010, les Tchèques, une formation "expérimentée et très dangereuse" selon la meneuse de jeu française Florence Lepron.

Au handball, les protégées d'Olivier Krumbholz ont elle aussi effectué un premier tour quasi parfait avec quatre victoires, un parcours juste entaché par un match nul concédé face à l'Espagne.

Pour une place en demi-finale, les handballeuses françaises affronteront le Monténégro, un adversaire qui sera vraisemblablement à leur portée puisque que les joueuses des Balkans ont terminé quatrièmes de leur poule, avec deux victoires pour autant de défaites et un match nul.

La journée de mardi risque donc d'être chargée en émotions mais peut-être moins faste que ces derniers jours en termes de médailles.

A moins que, le talentueux triathlète Laurent Vidal, ne se révèle à la lumière comme l'avait fait il y a quatre ans, un certain Steeve Guenot.

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant