JO: Teddy Riner consacré, Florent Manaudou fait sensation

le
0

par Mario Andres

LONDRES (Reuters) - Teddy Riner et Florent Manaudou n'ont que deux ans d'écart, ils sont tous les deux devenus champions olympiques pour la France vendredi et pourtant quel contraste dans leur destin en or...

Champion olympique de judo en plus de 100 kilos, Teddy Riner a enfin obtenu le titre qui manquait à son palmarès, une médaille d'or attendue, programmée, logique.

Un sacre face au Russe Alexander Mikhaylin qui vient de très loin: de la déception d'une médaille de bronze à Pékin, de cinq titres de champions du monde.

Un titre annoncé, claironné, écrit: "Je pense que cette médaille, je vais dormir avec car quatre ans, c'est long et c'est dur. La finale a été difficile, mais dès le début, j'ai senti que c'était pour moi. C'est à moi, c'est ma journée, c'est ma médaille."

Le titre de Florent Manaudou sur 50 m nage libre, en revanche, vient de nulle part. Ou plutôt il vient de très loin, de la génétique, de l'inspiration familiale et du titre conquis voilà huit ans sur 400 m nage libre par sa soeur, Laure.

"Le sport est injuste. Mais Florent a, comme sa soeur, un capital génétique qui lui permet de nager vite", résumait Romain Barnier, l'entraîneur du troisième médaillé d'or individuel de la natation française à Londres.

Après sa victoire en 21"34 devant l'Américain Cullen Jones et la star brésilienne Cesar Cielo, Laure Manaudou est bien sûr tombée dans les bras de son frérot: "Elle m'a dit qu'elle était fière de moi, qu'elle espérait que je remporte plein d'autres succès. J'aimerais bien faire une carrière comme la sienne, mais ce ne sera pas facile."

LES TEDDY RINER DU DOUBLE

Le sport français a ainsi démontré vendredi que le succès est autant affaire de travail que de talent brut. De souffrance aussi.

Car c'est en repoussant les barrières de la douleur que Germain Chardin et Dorian Mortelette ont offert à l'aviron français sa première médaille des JO de Londres: celle d'argent du deux sans barreur.

"On s'est régalé, on voulait vivre la finale comme si c'était l'un des plus beaux moments sportifs de notre carrière. Voilà, c'est chose faite. C'est fabuleux, un truc de malade", a expliqué Germain Chardin à l'issue de l'épreuve.

Médaillés de bronze en quatre sans barreur aux JO de Pékin, les deux compères sont descendus de catégorie cette année, la Fédération française d'aviron considérant que leurs chances sur un bateau plus court étaient plus importantes en perspective des JO.

Une autre médaille d'argent, voire mieux, est programmée à Wimbledon, où Jo-Wilfried Tsonga et Michael Llodra ont sorti la paire espagnole composée de David Ferrer et Feliciano Lopez pour se hisser en finale contre les redoutables frères Mike et Bob Bryan, qui dominent la spécialité.

À Tsonga et Lllodra de créer la surprise pour venger Richard Gasquet et Julien Benneteau, battus 6-4 6-4 par les jumeaux américains, mais qui peuvent briguer le bronze.

Un autre podium est envisageable en football féminin, puisque l'équipe de France s'est qualifiée pour la première fois de son histoire pour les demi-finales des Jeux olympiques, vendredi, en battant la Suède 2-1 à Glasgow.

Les Françaises qui ont livré leur meilleur match de la compétition, affronteront lundi à Wembley le Japon.

L'équipe de France de basket féminine a pour sa part remporté un quatrième succès en autant de matches, vendredi, en s'imposant 80-77 après prolongation contre la Grande-Bretagne pour devenir la seule équipe invaincue en tête du groupe B.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant