JO: Soumaré promet mieux, Lemaitre aussi

le
0
LE MAITRE EN FINALE DE JUSTESSE
LE MAITRE EN FINALE DE JUSTESSE

par Mario Andres

LONDRES (Reuters) - Le 200 m est devenu la course des promesses pour l'athlétisme français, non tenues pour l'heure par Myriam Soumaré en finale des Jeux de Londres, en suspens pour Christophe Lemaitre, qui affronte le gratin jeudi soir au stade olympique.

Pour sa première finale à ce niveau, Myriam Soumaré n'est peut-être pas allée au bout de ses rêves mercredi, terminant à la 7e place en 22"63, un temps inférieur à celui qu'elle avait réalisé en demi-finales.

"Je me suis donnée à fond, mais je faisais partie des outsiders. J'espère que dans quatre ans, je ferai partie des favorites", a expliqué la Parisienne, championne d'Europe 2010.

Celle que le patron du sprint français, Renaud Longuièvre, appelle "la Lionne" pace que le maillot de l'équipe de France la transcende, a cette fois subi un peu la pression d'une première finale olympique.

"J'ai très mal dormi, hier soir, je me tournais dans tous les sens. Après je suis passée par tous les états, l'envie, le stress, la panique, mais après je me suis amusée. Ça m'a donné des envies, dès l'an prochain aux championnats du monde, où on devrait retrouver les mêmes", a-t-elle dit.

Les mêmes, ce seront l'Américaine Allyson Felix, qui a enfin réussi à détrôner les Jamaïquaines pour s'imposer en 21"88, la double championne olympique du 100 m Shelly-Ann Fraser-Pryce, deuxième en 22"09, et l'Américaine Carmelita Jeter, médaillée de bronze en 22"14.

Sa première finale olympique terminée, la Française, qui s'est élancée au couloir 2 dont pourrait hériter Christophe Lemaitre, a tenu à lui porter conseil.

"Qu'il reste concentré sur son couloir et qu'il se donne à fond. Je suis sûr qu'au bout, il peut nous donner une médaille d'or ! Pourquoi pas ?", a-t-elle lancé.

Au vu des demi-finales de ce mercredi soir, c'est douteux.

Le double champion d'Europe du demi-tour de piste, dominé dans sa série par Yohan Blake et Wallace Spearmon, a terminé à un centième de l'Américain et a dû son salut à son temps, 20"03, le troisième de ces demies.

LEMAITRE EST UN BATTANT, DIT BOLT

Si l'on ajoute aux protagonistes sérieux de la finale le tenant du titre Usain Bolt, qui annonce rien moins qu'un record du monde sur la rapide piste du stade olympique, ou le Néerlandais Churandy Martina, impressionnant vainqueur de la troisième demi-finale, les places sur le podium vont être hors de prix.

"J'aurais préféré passer à la place, mais je la loupe d'un centième. Je suis mieux parti qu'en série, mais à la sortie du virage, il faut accélérer et je n'y arrive pas. Je ne sais pas pourquoi, je n'ai pas d'idée tout de suite, il faudra qu'on analyse avec Pierrot" (son entraîneur Pierre Carraz), a dit le Français.

Le recordman de France a néanmoins reçu le renfort d'Usain Bolt en personne, vainqueur pour sa part de la deuxième demi-finale en finissant en footing.

"Lemaître n'a pas été très impressionnant dans sa série, mais c'est un battant et il sera là", a-t-il dit, sous le regard narquois de Spearmon.

Les autres titres décernés mercredi soir étaient encore plus hors de portée des Tricolores.

Avec un saut à 6,67 m, la championne d'Europe Eloyse Lesueur a pris la huitième place du concours de la longueur, loin de l'Américaine Brittney Reese, sacrée à 7,12 m.

Au 110 m haies, les trois représentants tricolores se sont inclinés lourdement dès les demi-finales.

Garfield Darien, 16e temps en 13"48, Dimitri Bascou, 19e chrono en 13"55 et l'ancien champion du monde Ladji Doucouré, 22e performance en 13"74, ont regardé des vestiaires la victoire de l'Américain Aries Merrit en 12"92.

"On a failli, c'est tout. On a fait n'importe quoi", a tranché Ladji Doucouré.

Le matin, Renaud Lavillenie et Romain Mesnil avaient fait un premier pas dans la poursuite de leurs ambitions olympiques en passant le cap toujours piégeux des qualifications de la perche.

Le recordman de France a franchi une barre à 5,65 m tandis que son aîné a signé un saut à 5,60 m qui lui permet de disputer la première finale de ses quatrièmes Jeux olympiques, à 35 ans.

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant