JO: récital de Bolt et Farah, le Brésil déchante

le
0
USAIN BOLT TRIPLE LA MISE AVEC LE RELAIS 4x100 M
USAIN BOLT TRIPLE LA MISE AVEC LE RELAIS 4x100 M

par Matt Falloon et Mike Collett-White

LONDRES (Reuters) - Les artistes de la piste ont quitté la scène samedi aux Jeux de Londres sur un dernier récital des trois ténors: Usain Bolt a mené le quartet jamaïcain jusqu'au record sur 4x100 m, tandis que la diva Allyson Felix et le soliste Mo Farah ont fait vibrer le stade olympique de Stratford.

A Wembley, ce n'était pas un concert qui faisait stade comble mais bien la finale du tournoi de football, où plus de 80.000 spectateurs ont vu les Mexicains faire déchanter les Brésiliens (2-1), les privant du seul trophée qui manque encore à leur palmarès.

Les Français ont aussi joué leur partition, mais si Julie Bresset a gagné en virtuose l'or du VTT, les Bleues du basket et Anne-Caroline Graffe en taekwondo ne sont pas parvenues à trouver la clé dans leurs finales respectives, se contentant de l'argent.

Sur la piste, Usain Bolt est désormais hors concours: en conservant à Londres ses trois titres du 100 m, 200 m et relais 4x100 m conquis à Pékin, une première, le Jamaïcain est sans doute aujourd'hui le plus grand sprinteur de l'histoire, devant les mythiques Jesse Owens et Carl Lewis.

Comme si cela ne suffisait pas, la star de 25 ans a achevé son festival londonien par un record du monde du relais.

En 36"84, Nesta Carter, Michael Frater, Yohan Blake et le maestro Bolt ont repoussé les limites de la discipline de deux dixièmes face aux Américains qui ont dû se contenter de l'argent tout en égalant l'ancien record des Jamaïcains, en 37"04.

"C'est toujours merveilleux de finir comme ça. C'est un sentiment magnifique. Je savais que nous pouvions battre le record du monde, mais je pensais que nous irions plus vite. Cela laisse de la marge pour l'améliorer encore", a dit Usain Bolt à la presse.

MO FARAH VOLE LA VEDETTE

Mo Farah a presque volé la vedette à Usain Bolt en s'adjugeant le doublé 5.000 m-10.000 m pour rejoindre le gotha de la course de fond.

Le Britannique d'origine somalienne a maîtrisé avec brio un 5.000 m tactique pour se jouer des Ethiopiens et des Kenyans en 13'41"66, faisant chavirer de bonheur le public londonien et rejoignant les plus grands spécialistes de l'histoire.

Six athlètes avant lui avaient réussi ce doublé la même année, dont les légendaires Emil Zatopek, Vladimir Kuts, Lasse Viren, ou l'Ethiopien Kenenisa Bekele à Pékin en 2008.

Avec Bolt, Allyson Felix est la seule athlète à repartir du stade olympique avec dans ses valises trois médailles d'or: l'Américaine, déjà sacrée sur 200 m et 4x100 m, a terminé ses Jeux en fanfare sur le 4x400 m.

Elle et ses compatriotes ont survolé le relais en 3'16"87 pour offrir aux Etats-Unis un cinquième titre d'affilée, devant les Russes et les Jamaïcaines.

Auparavant, la soirée d'athlétisme s'était résumée à un ballet russe: Mariya Savinova sacrée sur 800 m, Anna Chicherova titrée à la hauteur, Sergey Kirdyapkin couronné sur 50 km marche et un doublé Elena Lashmanova-Olga Kaniskina sur 20 km marche.

Principal couac de la journée: l'échec des footballeurs brésiliens, pourtant archifavoris de la finale face aux Mexicains, qui se sont inclinés après avoir été menés pendant 90 minutes.

Oribe Peralta a ouvert le score dès la 28e seconde avant de doubler la mise à un quart d'heure de la fin et, malgré le but du Brésilien Hulk, la Seleçao termine avec la médaille d'argent pour la troisième fois de son histoire.

Le triomphe annoncé du Brésil, qui n'a jamais eu lieu, avait attiré 86.162 spectateurs à Wembley, un record d'affluence depuis le début des Jeux de Londres, toutes disciplines confondues.

POP MUSIC

Il n'y a en revanche eu aucune surprise dans les finales féminines de basket et de handball.

Les basketteuses françaises se sont logiquement inclinées (86-50) face à des Américaines, trop solides et trop régulières, qui décrochent leur cinquième titre olympique consécutif.

Les Bleues ont tenu pendant une mi-temps, mais la puissance physique et athlétique des Américaines, ainsi que la profondeur de leur banc, ont fini par les faire plier dans le troisième quart-temps.

Cette défaite attendue face aux Américaines n'entache en rien le formidable parcours des Bleues qui ont offert au basket féminin français la première médaille olympique de son histoire.

En handball, les favorites norvégiennes ont imposé leur tempo face aux Monténégrines, invitées surprises de la finale, pour conserver leur titre olympique (26-23).

Quant à la vététiste Julie Bresset, elle connaissait la musique -en l'occurrence la Marseillaise.

Sur le parcours sinueux de Hadleigh Farm, dans la campagne d'Essex, la Bretonne de 23 ans a confirmé tout le talent de l'école française de VTT en enlevant l'épreuve de cross des Jeux olympiques de Londres au bout d'un long solo.

Et quand Londres dira adieu aux artistes des Jeux, dimanche soir, la pop music sera à l'honneur, avec une cérémonie de clôture dont les vedettes seront les Spice Girls, Annie Lennox, One Direction et l'humour britannique.

Jean Décotte pour le service français, édité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant