JO: premières médailles et toujours des polémiques

le
0
BJOERNDALEN REMPORTE LE 10KM SPRINT DE BIATHLON
BJOERNDALEN REMPORTE LE 10KM SPRINT DE BIATHLON

par Mike Collett-White

SOTCHI, Russie (Reuters) - Le sport a repris ses droits avec l'attribution des premières médailles par un temps magnifique, samedi, pour la première journée des Jeux olympiques d'hiver de Sotchi mais les controverses n'ont pas disparu sur et hors les pistes.

L'Américain Bode Miller, icône et vétéran de 36 ans du ski alpin, n'a laissé à personne le soin de mettre le feu à la piste de descente de Rosa Khutor à la veille de la course aux médailles.

"Cette piste est très traître. Elle peut mordre n'importe où", a dit l'Américain. "Si on n'est pas totalement concentré, cette piste peut tuer".

La colère du champion olympique de combiné à Vancouver et quadruple champion du monde a été provoquée par la spectaculaire chute de son compatriote Marco Sullivan.

La séance d'essai a été marquée par une succession de chutes souvent spectaculaires et parfois graves comme celle du Français Brice Roger qui a été victime d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit, d'une entorse du ligament latéral interne et d'une contusion osseuse sur le condyle externe.

Spécialiste du bluff, Bode Miller avait auparavant réussi un joli coup en signant le meilleur temps sur les 3.495 mètres d'une neige qui devenait de plus en plus de la glace qu'il a dévalée à la vitesse de 132,59 km/h.

Le Norvégien Aksel Lund Svindal, champion du monde en titre et médaillé d'argent à Vancouver, s'est classé deuxième, l'Italien Peter Fill troisième.

L'exploit du jour a été réalisé par un autre Norvégien, Ole Einar Bjoerndalen qui a remporté à 40 ans le 10 km sprint de biathlon et a égalé le record absolu de 12 médailles d'or olympiques de son compatriote skieur de fond Bjorn Daehlie.

Le Français Martin Fourcade était le favori au nom de ses 16 ans de moins que Bjoerndalen, de ses deux gros globes de cristal dans les dernières Coupes du monde, de ses cinq titres de champion du monde et sa médaille d'argent aux Jeux de Vancouver 2010.

Il n'a pu faire mieux que la sixième place avec 12,4 secondes de retard.

IRINA ET ALINA

"Je suis déçu parce que j'espérais mieux qu'une sixième place. Il reste des courses mais ça en fait une de moins. Je suis déçu mais pas abattu", a-t-il dit.

Pour le plus grand bonheur de la Norvège, dont le ski de fond est le sport national, le triomphe de Bjoerndalen s'est doublé de celui de Marit Bjoergen. Elle a elle aussi tenu son rang en décrochant à 33 ans sa quatrième médaille d'or olympique dans le skiathlon.

Les Norvégiennes ont raflé trois des quatre premières places mais leur joie est restée douce-amère à cause de l'annonce de la mort du frère de l'une d'entre elles, Astrid Uhrenholdt, vendredi jour de la cérémonie d'ouverture.

Aux Pays-Bas, le sport d'hiver national est le patinage de vitesse. Un triplé a répondu à l'attente des patineurs sur canaux gelés, Sven Kramer a conservé son titre du 5.000 mètres et a battu le record du monde en six minutes 10,76 secondes.

Dans les magnifiques montagnes du Caucase, les Etats-Unis avaient auparavant remporté la première médaille d'or des Jeux grâce à Sage Kosenburg vainqueur du snowboard-slopestyle, nouvelle discipline olympique.

Comme le veut la tradition du snowboard, l'épreuve s'est achevée dans une musique à fond les haut-parleurs, les chants et danses des spectateurs et les accolades des concurrents.

Les Américains ont eu une autre satisfaction en battant la Finlande 3-1 à Sotchi, dans leur premier match de hockey sur glace, sport national de la Russie.

C'est aussi à Sotchi, à 40km de Rosa Khutor, que deux nouvelles polémiques autour de la cérémonie d'ouverture de vendredi soir.

Un anneau olympique a été à l'origine de la première. Un flocon géant devait se transformer pour l'allumer mais quelque chose n'a pas fonctionné sauf à la télévision car un technicien a masqué l'incident en diffusant les images d'une répétition.

La seconde polémique a eu pour objet la personnalité russe qui a allumé la vasque olympique, l'ex-patineuse artistique Irina Rodnina, triple championne olympique.

Le choix aurait pu paraître indiscutable si elle n'avait pas diffusé sur Twitter une photo-montage qui montre Barack Obama salivant devant une banane.

Autre accroc au protocole feutré des Jeux, Alina Kabaïeva, une gymnaste qui entretiendrait selon la presse russe une liaison avec Vladimir Poutine, faisait partie des cinq derniers porteurs de la torche.

Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant