JO: Pierre Vincent, le magicien du basket chez les Bleues

le
0
PIERRE VINCENT, L'ARTISAN DU SUCCÈS DU BASKET FÉMININ
PIERRE VINCENT, L'ARTISAN DU SUCCÈS DU BASKET FÉMININ

par Romain Brunet

LONDRES (Reuters) - Lorsqu'on interroge les basketteuses de l'équipe de France, médaillées d'argent samedi aux Jeux olympiques de Londres, sur la raison de leur succès, celles-ci citent instinctivement le nom de leur entraîneur, Pierre Vincent.

Arrivé en 2008 à la tête de la sélection féminine, Pierre Vincent collectionne les médailles: champion d'Europe en 2009, médaillé de bronze au championnat d'Europe 2011 et aujourd'hui vice-champion olympique.

Avec lui, plus rien n'arrête les Bleues.

"On a un chef d'orchestre qui est incroyable donc ça facilite les choses car c'est facile d'avoir des talents, mais ce n'est pas facile de les associer", explique la capitaine Céline Dumerc.

"Pierre l'a toujours très bien fait."

Il faut dire que Pierre Vincent a toujours eu à gérer de fortes personnalités. En 2000, c'est lui qui est à la tête de l'équipe de France juniors qui remporte le championnat d'Europe avec dans ses rangs Tony Parker, Boris Diaw, Ronny Turiaf, Mickaël Pietrus ou encore Yakhouba Diawara.

Puis il prend en 2003 les commandes du club féminin de Bourges qu'il ramène en haut de l'affiche, que ce soit en France en remportant le championnat de LFB en 2006, 2008, 2009 et 2011 ou en Europe en étant présent au Final Four de l'Euroleague en 2007 et 2008.

Depuis 2011, Pierre Vincent est passé chez les garçons en prenant en main les destinées du club de Lyon-Villeurbanne, mais sa première saison en Pro A a été marquée par un échec puisque l'ASVEL ne s'est pas qualifiée pour les playoffs.

"On le soulage", dit en plaisantant Émilie Gomis.

"Je suis vraiment contente pour lui car il a eu une année difficile et là ça le sort de son truc."

"IL FAIT DES MERVEILLES"

Avec l'équipe de France féminine, cet entraîneur de 48 ans ne connaît quasiment que le succès. La reconnaissance de ses joueuses se reflète dans leurs commentaires après chaque rencontre et s'est même vérifiée par les actes après la qualification des Bleues pour la finale des Jeux olympiques.

Alors qu'il répondait aux journalistes en zone mixte, Émilie Gomis et Jennifer Digbeu sont arrivées pour l'enlacer durant de longues secondes.

"Cet homme là, c'est un magicien", a alors lancé Jennifer Digbeu.

"C'est la force tranquille. Pas besoin de gueuler. On écoute, on applique, on exécute. Il est trop fort."

"Des fois il est énervant, mais on ne dit rien parce qu'on sait que ce qu'il dit est vrai", a ajouté Émilie Gomis.

"Il nous fait comprendre de quelle façon on doit jouer et après c'est à nous de nous libérer sur le terrain. Il ne nous met pas de pression, ce n'est pas quelqu'un qui gueule, ce n'est pas quelqu'un qui montre de la frustration ou de l'énervement. Donc ça aide énormément. Il est stressé mais il ne le montre pas."

Et certaines soupçonnent même en lui des qualités de devin.

"Notre grande qualité, c'est de savoir ce qu'il va se passer grâce au coach", estime Florence Lepron.

"Et pour ça, il est juste incroyablement fort. Il fait des merveilles, c'est un magicien. Il est tout humble, mais c'est un des meilleurs. On peut lui dire merci."

Face aux Américaines, Pierre Vincent n'a certes pas réussi à trouver la recette d'une victoire miracle, mais ses joueuses ont su résister durant une mi-temps face à des Américaines quintuples championnes olympiques qui n'ont plus perdu de match aux JO depuis 1992.

"On a bien tenu par séquences, mais c'est la force qu'elles ont, elles font péter tout le monde par des séquences de deux minutes où elles mettent beaucoup de points faciles", a-t-il souligné.

"À nous d'apprendre de ça."

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant