JO: Phelps passe la main à Bolt, climat pesant en aviron

le
0
LES REGARDS SE TOURNENT VERS USAIN BOLT À LONDRES
LES REGARDS SE TOURNENT VERS USAIN BOLT À LONDRES

par Mike Collett-White

LONDRES (Reuters) - Le centre de gravité des Jeux de Londres s'est déplacé samedi du centre aquatique, où Michael Phelps espère décrocher en soirée la dernière médaille de sa carrière, vers le stade olympique, théâtre en matinée des premières foulées d'Usain Bolt, l'autre poids lourd des JO.

L'atmosphère s'est néanmoins alourdie d'une nouvelle polémique concernant la sportivité des Britanniques : deux rameurs de la Team GB ont obtenu que soit donné un deuxième départ lors de leur finale de deux de couple, déclenchant l'ire de l'équipage français, quatrième à l'arrivée.

Le camp tricolore se consolera avec les trois médailles qui sont venues enrichir son butin : l'argent et le bronze du double messieurs en tennis, grâce aux duos Tsonga-Llodra et Gasquet-Benneteau, et le bronze pour la tireuse Delphine Racinet-Réau dans l'épreuve de fosse olympique.

Avant de transmettre la charge de star des Jeux à Usain Bolt, Michael Phelps a l'opportunité d'alourdir un peu plus samedi soir ses valises de futur retraité.

L'Américain a déjà rempli son contrat en glanant trois nouvelles médailles d'or à Londres, devenant l'athlète le plus médaillé de l'histoire des Jeux avec 21 récompenses dont 17 d'or.

Un dix-huitième titre semble à sa portée lors de la course de clôture des compétitions de natation, le relais 4x100 m quatre nages (19h27 GMT), où les Etats-Unis pourront aligner l'empereur du 100 m papillon (Phelps), le roi du 100 m nage libre (Nathan Adrian) et le prince du 100 m dos (Matt Grevers).

BOLT TRÉBUCHE MAIS SE QUALIFIE

Sur terre, le maître du 100 m se nommait en 2008 Usain Bolt. Mais la suprématie du recordman du monde a depuis été ébranlée, notamment par un autre Jamaïcain, Yohan Blake, sacré champion du monde l'an dernier.

Pour ses débuts londoniens, Bolt ne s'est pas appesanti sur la piste lors des qualifications du 100 m, prenant son billet pour les demi-finales sans puiser dans ses réserves, comme tous les autres favoris de la course reine.

Le triple champion olympique des Jeux de Pékin (100 m, 200 m, 4x100 m) a pourtant trébuché en début de course, mais cela ne l'a pas empêché de remporter sa série en 10"09.

"J'ai fait un faux pas. J'ai un peu trébuché. Mais je suis content que cela se soit produit à ce moment-là", a-t-il expliqué.

De son côté, le Sud-Africain Oscar Pistorius n'a pas tremblé au moment de devenir le premier double amputé à avoir couru une course olympique parmi les valides. Aligné lors de la première série du 400 m, il a terminé deuxième en 45"44, se qualifiant pour les demi-finales.

En attendant les premières grandes finales d'athlétisme des Jeux de Londres, dont le 100 m féminin samedi soir, l'atmosphère s'est quelque peu crispée avec de nouvelles accusations de manquement à l'esprit sportif de la part du camp britannique.

Au surlendemain de la chute calculée d'un pistard en vitesse par équipe, ce sont cette fois deux rameurs qui ont alimenté les critiques.

"ÉNORME DOUTE"

La finale du deux de couple poids légers a tourné au coup de Trafalgar pour l'aviron français qui est persuadé que le bateau britannique, médaillé d'argent, aurait dû être disqualifié pour tricherie.

La course, remportée par les Danois et dont les Français Jérémie Azou et Stany Delayre ont terminé quatrièmes, a connu l'originalité de se disputer en deux temps, l'équipage britannique ayant signalé, comme il en avait le droit, avoir subi un incident technique: la casse d'une roue de coulisse de siège.

"On a un énorme doute. On ne saura jamais ce qui s'est véritablement passé", a expliqué furieux le Directeur technique national Pascal Berrest, quelques minutes après le rejet d'une réclamation déposée auprès des organisateurs de la course.

Faute de première médaille en aviron, la délégation tricolore a au moins signé trois nouveaux podiums samedi.

La moisson a commencé avec la victoire en double messieurs des Français Richard Gasquet et Julien Benneteau lors de la petite finale du tournoi olympique de tennis, 7-6 6-2 face aux Espagnols David Ferrer et Feliciano Lopez.

Michaël Llodra et Jo-Wilfried Tsonga, tombeurs des deux Espagnols en demi-finales, doivent quant à eux se contenter de l'argent après leur défaite dans la grande finale face aux frères Bob et Mike Bryan (6-4 7-6).

Les deux Américains ont offert aux Etats-Unis leur deuxième médaille d'or de la journée sur le gazon de Wimbledon, deux heures après le sacre de Serena Williams en simple dames devant Maria Sharapova.

Le tennis masculin français, lui, monte sur le podium des Jeux pour la première fois depuis le bronze obtenu en simple par Arnaud Di Pasquale à Sydney.

En Australie, la tireuse française Delphine Racinet-Réau était elle aussi montée sur le podium, obtenant une médaille d'argent. Elle a récidivé à Londres dans l'épreuve de fosse olympique, même si elle doit cette fois se contenter du bronze.

Jean Décotte pour le service français, édité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant