JO: Muffat rejoint Manaudou au sommet en natation

le
0
LA FRANÇAISE CAMILLE MUFFAT EN OR SUR LE 400 M NAGE LIBRE AUX JO
LA FRANÇAISE CAMILLE MUFFAT EN OR SUR LE 400 M NAGE LIBRE AUX JO

par Mario Andres

LONDRES (Reuters) - Huit ans après Laure Manaudou, Camille Muffat est devenue la deuxième championne olympique de la natation féminine française, et sur la même distance, le 400 m nage libre.

À 22 ans, la Niçoise a ainsi définitivement rejoint dans les palmarès celle à qui elle est comparée depuis que, à 15 ans en 2005, elle s'était permis de la battre pour la première fois avant de la détrousser de ses records et de ses titres, l'un après l'autre.

Ne manquait à la protégée de Fabrice Pellerin qu'un titre majeur, et la voilà récompensée, en 4'01"45, devant l'Américaine Allison Schmitt et la tenante du titre, la Britannique Rebecca Adlington.

"Il me manquait un grand succès dans un grand rendez-vous, maintenant on ne pourra pas me le reprocher", a-t-elle confié, en soupirant après ce premier titre offert à la France à Londres.

"En touchant, ça a été un immense soulagement. Je n'ai pas pensé à tout le travail effectué, mais plutôt à tous les copains de l'équipe de France dans la piscine et dans les tribunes", a-t-elle dit.

"AUX JEUX, ON OUBLIE LA DOULEUR"

Lauréate de sept des dix meilleures performances de l'année, l'ancienne étudiante en école de commerce, qui a tout lâché voilà deux ans pour se consacrer totalement à son rêve, au prix d'un travail inlassable, était la grande favorite de cette épreuve.

"Je savais que j'étais la meilleure, encore fallait-il le prouver."

Et elle l'a fait avec maestria, menant la course de bout en bout en contenant la menace soutenue d'Allison Schmitt.

"Je ne l'ai pas vue, j'ai fait ma course. Mais sur les derniers cinquante mètres, j'ai eu mal, pour la première fois. Mais ce sont les Jeux, on oublie la douleur", a-t-elle dit.

Le jour même où Laure Manaudou, la grande inspiratrice de l'éclosion française sur la distance, était éliminée des séries du 100 m dos et redevenait une olympienne parmi d'autres, Camille Muffat démontrait que le flambeau lui revenait désormais.

"Je suis consciente de l'importance de cette victoire pour la natation française. Une médaille olympique, c'était déjà un rêve. Un titre... On n'ose jamais y croire", a-t-elle dit.

Dans la même finale, Coralie Balmy a dû se contenter de la sixième place, mais elle a démontré le rang que la France tient désormais dans le sprint long.

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant