JO Melbourne 1956 : l'été indien

le
0
JO Melbourne 1956 : l'été indien
JO Melbourne 1956 : l'été indien

Novembre 1956. Les JO d'été se déroulent enfin dans l'hémisphère sud, une occasion de s'éloigner un peu du rideau de fer et de ses tensions, tout en soulignant la dimension universelle de la grande familles des anneaux. Peine perdue, ces Olympiades seront les premières marquées par le sceau du boycott. Avec en victime principale un football, déjà pas franchement verni dans ce petit monde de l'amateurisme, qui passe définitivement aux mains du camp de l'Est. L'occasion toutefois pour l'Inde de rater de peu son premier titre international.

Le Qatar n'est donc pas le premier pays a avoir posé de manière particulière la question de la période du déroulement des épreuves. Le CIO avait en effet accordé à l'Australie l'obtention des Olympiades 1956 : des JO qui, depuis le ralliement du bloc socialiste à l'olympisme bourgeois, avaient d'ailleurs pris une nouvelle dimension, devenant un véritable enjeu géopolitique. Une autre accélération de l'histoire tapait également à la porte avec les timides mais irrésistibles débuts de la décolonisation. Bref, un joli tableau commençait à se dessiner pour les zélotes de l'humanisme sportif.


Sauf que, pour respecter notre belle planète terre et son équateur, il avait été décidé de décaler en novembre la version été de cette merveilleuse messe athlétique. Une idée pas si saugrenue sur le fond, qui aura cependant de terribles répercussions. En Hongrie, la déstalinisation vire un peu trop à la mauvaise blague pour le grand frère soviétique qui envoie ses chars en manœuvres fraternelles sur les bords du Danube. Du coté de l'Egypte, l'opération conjointe israëlo-franco-britannique pour reprendre le contrôle du canal de Suez raidit un peu plus le monde arabe sur le sujet. Résultat : de nombreux Etats décident de passer leur tour en signe de mécontentement. L'Espagne, les Pays-Bas et la Suisse au sujet de l'intervention russe à Budapest ; l'Égypte, l'Irak et le Liban contre la présence d'Israël. Enfin, la République populaire de Chine quitte le site pour manifester sa saine colère devant le drapeau de Taiwan.

La Thaïlande démolie, l'Indonésie résiste


Le tournoi olympique de football en paie le prix cher. Seules onze équipes y prennent

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant