"Jo" Masanet : une démission de façade ?

le
0
Jo Masanet est sous contrôle judiciaire, mais garde à l'oeil l'Anas, l'association qui gère les oeuvres sociales de la police et dont il était le patron.
Jo Masanet est sous contrôle judiciaire, mais garde à l'oeil l'Anas, l'association qui gère les oeuvres sociales de la police et dont il était le patron.

Une démission de façade ? Jo Masanet, figure syndicale de la gauche au sein de la police, a certes quitté ses fonctions de président de l'Anas, qui gère les oeuvres sociales du ministère de l'Intérieur, mais il reste un membre très influent de son conseil d'administration. Remis en liberté sous contrôle judiciaire au mois d'avril, Masanet "Jo est au coeur d'une enquête qui a coûté son poste à Bernard Petit, ancien patron du 36, quai des Orfèvres. Le patron de l'Anas, l'association qui gère les oeuvres sociales de la police, est en effet soupçonné d'avoir activé des contacts au sein de la "maison Poulaga" pour renseigner l'ex-gendarme de Mitterrand, Christian Prouteau, impliqué dans un dossier de corruption avec l'escroc des stars, Christophe Rocancourt.

Malgré un contrôle judiciaire drastique, il continue d'être actif, selon des membres du conseil d'administration (CA) de l'Anas qui ne supportent plus sa "tutelle". Contacté par Le Point, l'actuel président Bernard Layes a confirmé que son prédecesseur faisait toujours partie de cet organe décisionnaire en dépit des soupçons à son encontre de détournement de près de 82 000 euros en trois ans. "Nous respectons la présomption d'innocence", commente-t-il laconiquement.

Les déboires judiciaires de Masanet

Après trois mois de détention provisoire, il peut compter aussi sur le soutien de son frère également élu au CA qui vient de lancer une souscription pour...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant