JO: Mahiédine Mekhissi tient ses promesses, Coquard aussi

le
0
MAHIÉDINE MEKHISSI A REMPORTÉ LA PREMIÈRE MÉDAILLE FRANÇAISE DES JEUX EN ATHLÉTISME
MAHIÉDINE MEKHISSI A REMPORTÉ LA PREMIÈRE MÉDAILLE FRANÇAISE DES JEUX EN ATHLÉTISME

par Chrystel Boulet-Euchin

LONDRES (Reuters) - La France n'a pas goûté à l'or dimanche aux Jeux olympiques de Londres, mais les deux médailles d'argent arrachées par ses représentants avaient la saveur des promesses tenues.

Le Français Mahiédine Mekhissi, vice-champion olympique à Pékin, a récidivé en finale du 3.000 m steeple, montrant que sa performance de 2008 n'était pas usurpée.

Et quelques heures auparavant, le jeune Bryan Coquard a parfaitement manoeuvré pour emporter l'argent dans l'épreuve de l'omnium, version cycliste du décathlon sur six épreuves.

Deuxième derrière le coriace Danois Lasse Norman Hansen et devant le Britannique Ed Clancy, le Français, 20 ans seulement, a apporté au cyclisme sur piste français son deuxième podium de ces Jeux.

"Il y a deux ans, en juniors, j'ai rêvé de participer aux Jeux olympiques. Il y a un an, j'y croyais à peine, il y a un mois j'ai commencé à croire à une médaille, et maintenant, elle est là", a expliqué le pistard, toujours incrédule.

Toujours sur la piste du vélodrome londonien, Grégory Baugé s'est, lui, qualifié pour la demi-finale de la vitesse individuelle, où le triple champion du monde était évidemment attendu.

Il disputera la suite de sa compétition lundi.

Mahiédine Mekhissi, 27 ans, a offert à la France sa toute première médaille en athlétisme dans ces Jeux.

Ezekiel Kemboi, double champion du monde en titre et champion olympique en 2004 à Athènes, s'est imposé en 8'18"56, devant Mekhissi en 8'19"08, et les deux hommes se sont longuement étreints sitôt la ligne d'arrivée franchie.

"Je suis content d'avoir gagné cette médaille pour l'équipe de France et d'avoir débloqué le compteur de l'athlétisme", s'est félicité le Français.

DES DÉCEPTIONS, AUSSI

"Le niveau était très relevé mais j'ai cru en mes chances. Tactiquement, mais aussi techniquement, je pense avoir fait une bonne course", a-t-il ajouté.

La surprise du jour est à mettre au compte de Jonathan Lobert qui s'est adjugé la médaille de bronze des régates olympiques de Finn.

Sous le soleil et dans des conditions parfaites, le Nantais de 27 ans a remporté la dernière régate, pour devancer sur le fil le Néerlandais Pieter-Jan Postma au classement général et prendre place sur le podium.

Des déceptions, il y en a eu aussi.

En lutte, Christophe Guénot, médaillé de bronze à Pékin a été battu en quart de finale puis lors de son premier match de repêchage.

Plus douloureux encore, le zéro pointé de l'escrime française, une première depuis 1960.

Comme leurs coéquipiers précédemment, les fleurettistes ont échoué dimanche dans leur quête de médaille. La crise n'est pas loin, chacun y allant de son commentaire sur les responsables de cet échec.

"S'il y avait une explication simple et évidente, on le saurait", a estimé Eric Srecki, le directeur technique national.

"Il y a certainement plein de petites choses à revoir, il va falloir prendre le temps de la réflexion. C'est une énorme contre-performance, une énorme déception", a reconnu l'ancien épéiste, champion olympique à Barcelone en 1992.

"Il y a des choses à changer, c'est sûr mais on n'est pas mort."

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant