JO: les rayons du soleil allument la flamme à Olympie

le
0
JO: les rayons du soleil allument la flamme à Olympie
JO: les rayons du soleil allument la flamme à Olympie

par Karolos Grohmann et Deepa Babington

OLYMPIE, Grèce (Reuters) - La flamme des Jeux olympiques de Londres a été allumée par les rayons du soleil, jeudi, sur le site d'Olympie, et a commencé un relais qui s'achèvera par l'embrasement du Stade olympique, le jour de la cérémonie d'ouverture des Jeux, le 27 juillet.

D'importantes forces de police avaient été déployées autour du stade antique et de la ville d'Olympie pour éviter tout incident en raison de la crise économique et politique qui règne en Grèce.

Il y a quatre ans, la cérémonie de la flamme des Jeux de Pékin avait été perturbée par des militants des droits de l'homme et le parcours de la torche avait été jalonné d'incidents, à Paris et à Londres, notamment.

A l'abri de l'agitation, quelques secondes ont suffi à l'actrice Ino Menegaki, incarnant la grande prêtresse des Jeux de l'antiquité, pour allumer la torche grâce à un miroir parabolique.

"Cette cérémonie déclenche le compte à rebours final d'un rêve qui est devenu réalité il y a sept ans à Singapour quand Londres a été choisie pour accueillir les Jeux de 2012", a déclaré le président du Comité international olympique, Jacques Rogge, qui se retirera après les Jeux.

"L'énergie transmise par le soleil à la flamme olympique va allumer la torche qui va voyager du berceau des Jeux olympiques de l'antiquité au pays qui a inventé le sport moderne et l'esprit du fair play", a-t-il ajouté devant des représentants du mouvement olympique, de la Grèce et de la Grande-Bretagne.

POUR LA TROISIÈME FOIS

Londres est ainsi devenue la première ville à recevoir deux fois la flamme olympique. La capitale britannique organisera les Jeux pour la troisième fois cet été après avoir accueilli ceux de 1908 et de 1948 mais la torche et le relais n'ont été créés que pour les Jeux de Berlin en 1936.

"Je suis fou de joie. C'est un très, très grand moment", a déclaré à Reuters Sebastian Coe, président du Comité d'organisation des Jeux, juste avant la cérémonie.

Le double médaillé d'or du 1500 mètres aux Jeux de Moscou en 1980 et de Los Angeles en 1984 a rappelé qu'il avait visité le site d'Olympie en 1975. Il avait alors 18 ans, a-t-il précisé, et n'aurait jamais pensé revenir sur le site des Jeux de l'antiquité 37 ans plus tard.

"Cette cérémonie relie ce que j'ai fait à Los Angeles et les Jeux de l'antiquité. Pour moi, elle met vraiment en perspective ce que j'ai fait en 1980 et 1984", a-t-il dit.

"Nous promettons de protéger la torche, de chérir ses traditions et d'organiser un relais dont nous serons fiers et qui sera une source d'inspiration pour toute une génération", a ensuite déclaré Sebastian Coe dans son discours.

"Quand les porteurs de la flamme soulèveront la torche dans les jours et les mois à venir, nous espérons qu'ils soulèveront aussi l'esprit et les espoirs du peuple en Grande-Bretagne et dans le monde entier."

SIDECARS

Après un hommage à Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux de l'ère moderne, dont le coeur est enterré près du stade d'Olympie, L'honneur d'être le premier porteur de la flamme est revenu à Spyros Gianniotis, nageur grec né à Liverpool sacré champion du monde du 10 km en eau vive en 2011.

Il a transmis la torche à Alexander Loukos, un Britannique d'origine grecque, âgé de 19 ans.

La flamme est attendue en Grande-Bretagne le 18 mai. En 70 jours, elle parcourra 12.800 km dans le pays hôte des Jeux, avant d'atteindre le stade olympique.

Elle traversera 1.018 villages, sera hissée au sommet du mont Snowdon, transportée à bord de péniches, téléphériques, tramways, trains à vapeur, montgolfières et même sidecars sur le circuit de l'île de Man.

"Nous ferons appel des jeunes gens venus de tous les milieux, de toutes les cultures et de toutes les confessions pour symboliser l'immense diversité et créativité de Londres", a déclaré Sebastian Coe.

"C'est la seconde fois que des Britanniques se rassemblent ici pour célébrer l'embrasement de la flamme. En 1948, peu après la Seconde Guerre mondiale, mon prédécesseur avait fait une première tentative pour détourner le monde de la guerre grâce au sport."

"Nous nous retrouvons dans une période de défi et nous nous tournons vers le sport pour réunir le monde dans une célébration globale de la réussite et de l'inspiration."

Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant