JO: les Experts de retour en finale

le
0
LES EXPERTS EN FINALE
LES EXPERTS EN FINALE

par Chrystel Boulet-Euchin

LONDRES (Reuters) - Les handballeurs français avaient donné l'impression aux derniers championnats d'Europe que le succès les avait fuis pour toujours, mais ils ont retrouvé les sommets en se qualifiant vendredi pour la finale olympique à Londres, au détriment de la Croatie (25-22).

Pour conserver le titre conquis à Pékin il y a quatre ans, les "Experts" devront battre dimanche les Suédois qui font, eux aussi, figure de revenants au plus haut niveau après une éclipse bien plus longue que celle des Bleus.

Un peu plus tôt dans l'après-midi, l'autre demi-finale a tourné à l'avantage des Scandinaves face à la Hongrie (27-26), dominateurs dans les années 1990 mais effacés depuis le début du XXIe siècle.

"On a gagné en jouant mieux qu'eux et quand on joue à ce niveau-là, tous tombent dans les mailles du filet. On les a épuisés physiquement", a dit Claude Onesta.

"On a réussi notre pari, mais ce n'est pas fini. Si on devait perdre dans deux jours, ce serait difficile. La Suède n'est pas arrivée là par hasard. A nous de lui réserver le traitement qu'il faut. Les 48 heures à venir ne seront pas simples."

En revanche, le succès contre la Croatie l'a plutôt été, et ce notamment grâce à un Thierry Omeyer impérial, auteur de 19 arrêts sur 41 tirs, pour un pourcentage de 46%, ce qui est imposant face à une équipe croate jusqu'alors invaincue dans le tournoi.

La victoire s'est dessinée d'entrée de match quand, en quelques minutes, les Bleus se sont détachés 5-1, Omeyer écoeurant d'entrée l'attaque adverse avec quatre arrêts en quatre minutes.

Plusieurs fois, les coéquipiers d'Ivano Balic se sont rapprochés au score mais sans parvenir à égaliser, et encore moins à prendre l'avantage, ce qu'ils n'ont jamais paru être en mesure de faire.

L'EFFET ACCAMBRAY

A la mi-temps, les deux équipes étaient à 12-10. En deuxième période, les Croates ont marqué les premiers (12-11) mais l'entrée de William Accambray faisait son effet habituel puisqu'il a inscrit trois buts consécutifs pour porter le score à 15-12.

"Je suis là pour ça. Je fais ce que je dois faire dans le temps de jeu qui m'est imparti. Je me sens bien et j'ai l'impression que tout ce que je fais marche", a dit le joueur de Montpellier à Reuters.

La fin de rencontre a été époustouflante, les Français ne lâchant rien, préservant jusqu'au bout leur avantage face à des Croates physiquement au bout du rouleau.

Dans la dernière minute, les étreintes avaient commencé sur le banc des Français qui savaient qu'ils tenaient leur finale mais aussi une petite revanche après leur échec de l'Euro qui avait nourri le feu des critiques.

Et quand le coup de sifflet final a retenti, ils ont tous fait la ronde et sont tombés dans les bras les uns des autres, comme si la victoire était une nouveauté pour eux, avant d'aller saluer les supporters français, venus en nombre, tant et si bien qu'on aurait pu se croire à Bercy.

"C'est fabuleux car il y eu la manière pendant 60 minutes. On a démontré qu'on était la meilleure équipe et qu'il valait mieux gagner ce match-là que celui d'il y a six mois", a dit le capitaine Jérôme Fernandez à Reuters.

"Cela démontre que l'Euro n'était qu'un accident. Cette équipe n'a qu'une envie, gagner le dernier match."

Et conserver son titre, titre que n'auront pas les Croates qui tenteront d'aller chercher le bronze.

"Les Français étaient complets aujourd'hui. Nous, maintenant, on a besoin de retrouver un peu d'énergie pour gagner la médaille de bronze", a dit Ivano Balic, fataliste.

Simon Carraud pour le service français, édité par Pierre Sérisier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant