JO : les athlètes israéliens face aux menaces de boycott

le
0
Vendredi, les judokas libanais n'ont pas voulu s'entraîner sur le même tatami que leurs voisins. Pourtant, le Comité international olympique avait menacé de sanctions les athlètes qui refuseraient d'affronter des Israéliens.

La trêve olympique n'aura pas lieu. Après la controverse suite au refus du Comité international olympique (CIO) de faire respecter une minute de silence en souvenir de l'attentat des JO de Munich en 1972, la délégation de l'État hébreu pourrait une nouvelle fois se retrouver au centre de la controverse. Comme lors de plusieurs compétitions internationales, certains athlètes sont soupçonnés de se retirer d'épreuves qui les opposeraient à des sportifs israéliens. Des forfaits ou des disqualifications souvent assimilés à un boycott politique.

D'après le Telegraph vendredi, les organisateurs de l'événement ont ainsi dû ériger une cloison à la demande de la délégation libanaise de judo qui devait s'entraîner sur le même tatami que ses homologues israéliens. «Nous commencions à nous entraîner quand ils sont arrivés et nous ont vus. Ils n'ont pas apprécié et sont allés voir les organisateurs qui ont placé une sorte de mur entre nous», a expliqué le porte-

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant