JO: les Américaines en vitesse et Lavillenie au sommet

le
0
LE PERCHISTE RENAUD LAVILLENIE AU SOMMET
LE PERCHISTE RENAUD LAVILLENIE AU SOMMET

par Kevin Liffey et Mike Collett-White

LONDRES (Reuters) - Les athlètes ont appliqué la maxime olympique - 'plus vite, plus haut, plus fort' - à la lettre vendredi aux Jeux de Londres: les relayeuses américaines ont couru plus vite, au point de battre le record du 4x100 m, et le perchiste Renaud Lavillenie a bondi plus haut que la concurrence.

Quant aux basketteurs américains et aux handballeurs français, ils ont à nouveau démontré qu'ils étaient décidément plus forts que les autres en se qualifiant pour la finale de leurs tournois respectifs.

Plus vite, donc: au stade olympique de Stratford, le relais américain a fait tomber un record du monde qui résistait depuis plus de 26 ans, celui du 4x100 mètres, au terme d'un tour de piste ébouriffant parcouru en 40"82.

Carmelita Jeter et ses consoeurs sont devenues par la même occasion les premières sprinteuses de l'histoire à boucler la distance en moins de 41 secondes.

La concurrence, pourtant, était rude.

Leurs voisines de couloir avançaient de solides arguments puisqu'il s'agissait des Jamaïcaines mises sur orbite par Shelly-Ann Fraser-Pryce, récente championne olympique du 100 m, et par Veronica Campbell-Brown, double championne olympique du 200 m, en 2004 à Athènes et en 2008 à Pékin.

Malgré ce casting idéal, les Caribéennes ont dû se contenter de la médaille d'argent qui, assurément, ne fera pas le bonheur de leurs compatriotes chez les hommes, samedi.

UN MANQUE DE RESPECT

Avec Usain Bolt et Yohan Blake, qui ont fait le doublé sur 100 m et 200 m, ils peuvent légitimement prétendre au titre et, pourquoi pas, au record du monde qu'ils détiennent déjà.

En cas de victoire, l'homme le plus rapide de la planète, toujours prêt à se plier à l'injonction de Pierre de Coubertin, deviendrait le premier homme à réaliser deux fois de suite le triplé 100 m-200 m-4x100 m et ferait une nouvelle entrée en majesté au panthéon du sprint mondial

Avant même de reprendre ses foulées gigantesques, le coureur a encore fait parler de lui en affirmant qu'il n'avait aucun respect pour son prédécesseur américain Carl Lewis, qui a jeté le soupçon sur les performances inouïes des compatriotes d'Usain Bolt.

"A mon avis, il ne cherche qu'à attirer l'attention parce qu'on ne parle pas vraiment beaucoup de lui. C'était déjà triste pour moi quand j'ai entendu l'autre jour ce qu'il disait. Aussi, pour moi, j'ai perdu tout respect pour lui, tout respect", a-t-il dit.

En finale le quintuple médaillé d'or olympique et ses coéquipiers retrouveront les Américains qui, d'ores et déjà, ont galopé plus vite que leurs aînés puisqu'ils ont battu le record national du 4 x 100 m, en 37"38.

Les Français, revanchards après les échecs de Jimmy Vicaut sur 100 m et de Christophe Lemaitre sur 200 m, seront eux aussi invités au rendez-vous avec l'espoir de faire bonne figure entre les gros bras du continent américain .

DES SACRIFICES

L'Ethiopienne Meseret Defar, elle, est allée plus vite que sa compatriote Tirunesh Dibaba qu'elle a privée d'un nouveau doublé retentissant sur 5.000 et 10.000 m, pour s'adjuger la médaille d'or sur 5.000 m .

Au passage, la coureuse de fond de 28 ans a reconquis son titre obtenu en 2004 à Athènes.

Plus haut: le perchiste français Renaud Lavillenie s'est élevé dans le ciel de Stratford, à 5,97 m d'altitude, pour décrocher la médaille d'or, la seule qu'il était venu chercher à Londres.

Le Clermontois, premier Français médaillé d'or masculin du sport roi des Jeux depuis 1996, perpétue ainsi une tradition nationale. Les deux derniers hommes champions olympiques de l'athlétisme national, Jean Galfione à Atlanta et Pierre Quinon à Los Angeles, étaient également des perchistes.

"J'ai eu des sacrifices, des moments de désespérance. Mais beaucoup savaient mon potentiel et là, je l'ai montré. Cette victoire est partagée avec des millions de personnes, et ça fait extrêmement plaisir", a-t-il commenté, le visage radieux.

Les basketteurs américains sont eux aussi perchés sur un himalaya, d'où il sera difficile de les déloger. Les Etats-Unis n'ont fait qu'une bouchée de l'Argentine, championne olympique en 2004 et dominée 109 à 83 en demi-finale vendredi soir.

Ils retrouveront dimanche les Espagnols, tombeurs de la Russie sur le score de 67-59, pour une réédition de la finale de 2008 à Pékin .

Plus forts: les handballeurs français que l'ont donnait moribonds, après une campagne européenne calamiteuse en Serbie, ont ressuscité en l'espace de sept mois pour renouer avec une finale internationale.

Pour y parvenir, ils ont battu les Croates, double champions olympiques (1996 et 2004), sur le score de 25-22.

Le nageur tunisien Oussama Mellouli a, enfin, signé une première: il est devenu le premier nageur à remporter des médailles d'or olympiques en piscine et en eau vive en gagnant le marathon des Jeux de Londres, quatre ans après avoir été sacré sur 1.500m à Pékin.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant