JO: Lemaitre et les "Experts" au rendez-vous

le
0
LES "EXPERTS" AU RENDEZ-VOUS
LES "EXPERTS" AU RENDEZ-VOUS

par Chrystel Boulet-Euchin

LONDRES (Reuters) - Si Christophe Lemaitre et les "Experts" du handball français ont atteint leurs objectifs mercredi aux Jeux olympiques de Londres, il s'en est fallu de peu pour que ces deux chances de médailles tricolores sombrent corps et bien, comme d'autres dans la journée.

Le sprinter savoyard a montré des limites un peu inquiétantes à 24 heures de la finale du demi-tour de piste.

Il a certes signé le troisième temps qualificatif, en 20"03, mais a paru beaucoup moins tranchant que le Jamaïcain Yohan Blake et l'Américain Wallace Spearmon, qui l'ont dominé d'un et deux centièmes dans la première série, la deuxième étant remportée haut la main par Usain Bolt

"Lemaitre n'a pas été très impressionnant dans sa série, mais c'est un battant. Il sera là en finale", a cependant assuré le Jamaïcain, double champion olympique du 100 m.

Lemaitre s'est fait, de son propre aveu, "un peu peur" mais sera bel et bien là en finale. "On peut compter sur moi pour tout donner", a-t-il ajouté.

Les handballeurs français ont, eux, tenu leur rang de champions olympiques en titre en se qualifiant pour le dernier carré du tournoi même s'ils n'ont battu l'Espagne que d'un but 23-22 et à la dernière seconde.

William Accambray a été le héros de cette rencontre en inscrivant cet ultime but qui a fait de lui le meilleur buteur du match avec sept réalisations en neuf tirs.

"Les Experts", qui sont également champions du monde, restent dans la course à leur propre succession et rencontreront pour une place en finale la Croatie, qui a battu la Tunisie (25-23).

ACCAMBRAY, CE HÉROS

Menés 6-1 après un quart d'heure de jeu et 12-9 à la mi-temps, les Français ont refait leur retard, pris les commandes, et vu les Espagnols revenir en fin de match, avant le coup de génie d'Accambray.

"La balle ne voulait pas me lâcher, il y avait trop de colle", a dit le joueur de Montpellier pour résumer son match.

"C'est mon premier match des Jeux et ce n'est pas le dernier, c'est génial. J'espère même qu'il y en aura encore deux", a-t-il dit à Reuters.

Plus tôt dans la matinée, Renaud Lavillenie et Romain Mesnil avaient franchi la première barre, souvent la plus périlleuse, pour se hisser en finale du concours de saut à la perche.

Dans un stade olympique archi-comble, les deux Français ont assuré, et même un peu plus en ce qui concerne le recordman de France qui a franchi 5,65 mètres.

"J'ai sauté 5,65 parce que je voulais prendre des informations sur mes sauts, sur le sautoir. Ce n'est pas la fête, ce sont les Jeux olympiques, c'est la compétition la plus importante depuis quatre ans. Je ne me suis pas là pour me balader", a dit Renaud Lavillenie.

MESNIL ET LAVILLENIE EN FINALE

Pour Romain Mesnil, qualifié à 5,60m, cette finale olympique est d'autant plus spéciale qu'elle est la première, lui est âgé de 35 et qui dispute ses quatrièmes JO.

Myriam Soumaré, qui était parvenue à se qualifier pour la finale du 200m, a finalement échoué à la septième et avant-dernière place de la finale.

Quant aux hurdlers français, ils ont tous dû s'avouer vaincus en demi-finale du 100m haies.

Principale désillusion de la journée côté français, l'élimination de Tony Parker et des basketteurs qui ont longtemps fait jeu égal avec les Espagnols avant de perdre leurs nerfs dans les dernières minutes en quart de finale (66-59).

Dans une atmosphère devenue irrespirable, Nicolas Batum et Ronny Turiaf ont commis des fautes grossières sur leurs adversaires, suffisamment sereins pour gagner le droit de rencontrer la Russie vendredi pour une place en finale.

Les Français ont compté jusqu'à huit points d'avance en début de deuxième quart-temps mais la défense de zone mise en place par les Espagnols a fini par perturber l'attaque tricolore, l'adresse des Bleus a chuté et le navire français a coulé.

D'autres embarcations ont sombré.

Le canoë-kayak français a vécu une sale journée sur le lac d'Eton lors des épreuves de course en ligne.

Mathieu Goubel, favori pour le titre olympique de la course en ligne en canoë monoplace disputée sur 1.000 m, a craqué en finale pour échouer à la cinquième place.

Et peu après, le deuxième bateau français engagé du jour, le kayak à quatre féminin a terminé bon dernier de sa course à la médaille.

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant