JO: le tournoi débute vraiment pour les basketteurs français

le
0
LE TOURNOI DÉBUTE VRAIMENT MARDI POUR LES BLEUS DE TONY PARKER
LE TOURNOI DÉBUTE VRAIMENT MARDI POUR LES BLEUS DE TONY PARKER

par Romain Brunet

LONDRES (Reuters) - Après sa cuisante défaite contre les États-Unis, l'équipe de France de basket devra entrer pour de bon, mardi, dans son tournoi olympique face à l'Argentine, un adversaire direct dans l'optique de la qualification pour les quarts de finale.

Le revers face aux stars américaines était attendu mais l'ampleur du score (98-71) a sonné comme un sérieux avertissement pour Vincent Collet et ses joueurs.

S'ils veulent éviter de se frotter à un nouveau gros morceau en quart de finale, en l'occurrence l'Espagne favorite du groupe B, les Bleus devront finir dans les trois premiers du groupe A et l'Argentine et la Lituanie font figure de rivaux directs.

Mais la tâche s'annonce compliquée: les joueurs de Vincent Collet ont montré face aux Américains que leur préparation perturbée ne leur avait pas permis d'arriver fin prêts à Londres.

L'équation sera d'autant plus difficile à résoudre que les Argentins ont, eux, affiché de très belles dispositions, dimanche, en se jouant de la Lituanie (102-79) grâce à un excellent Manu Ginobili, à un Luis Scola qui a dominé les débats dans la raquette et à un Carlos Delfino très adroit de loin.

"L'Argentine, c'est une équipe qui, à nouveau, va nous proposer des joueurs qui sont hors norme, tout au moins sur les aspects offensifs", a prévenu Vincent Collet. "Ginobili et Scola, ce sont deux joueurs qu'on va devoir essayer de limiter, parce que ce type de joueurs, vous ne les stoppez pas."

"IL FAUT ÊTRE PRÊT AU COMBAT"

Les Français devraient surtout souffrir à l'intérieur, leur point faible en l'absence de Joakim Noah.

Contrairement à Tony Parker et ses coéquipiers, novices aux Jeux, les Argentins, médaillés d'or en 2004 et de bronze en 2008, ont l'avantage d'être rompus aux rendez-vous olympiques.

C'est également une équipe qui joue dur et qui n'hésite pas à imposer son physique.

Vincent Collet a cette donnée en tête: "C'est le basket américain, même si là c'est le sud-américain. Les Argentins, comme les Brésiliens, sont des équipes qui ont une rugosité souvent plus importante que celle qu'on trouve dans le basket européen. Il faut donc qu'on soit prêt au combat".

Les Bleus en ont-ils seulement les moyens? Tony Parker s'est dit "totalement hors de forme" au micro de la chaîne américaine NBC, regrettant son mois de repos imposé par sa blessure à l'oeil.

Celui qui doit être son lieutenant, Nicolas Batum, est lui aussi à court de compétition et cela s'est vu face aux Américains. "Il fallait rêver pour penser qu'un joueur qui n'a pas joué depuis trois mois puisse du jour au lendemain retrouver rythme et timing", a lancé l'entraîneur français."

Problème: les basketteurs tricolores n'ont pas vraiment de temps devant eux.

En cas de défaite face à l'Argentine, il faudra alors impérativement s'imposer contre la Lituanie, jeudi, avant d'assurer la qualification pour les quarts de finale contre la Tunisie et le Nigéria, les deux équipes supposées plus faibles du groupe.

Edité par Simon Carraud

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant