JO : le marathon judiciaire commence

le
0
La Russe Ioulia Efimova a fait appel de son exclusion pour dopage par la Fédération internationale de natation, sur la base des critères fixés par le CIO dimanche. D'autres recours pourraient suivre
La Russe Ioulia Efimova a fait appel de son exclusion pour dopage par la Fédération internationale de natation, sur la base des critères fixés par le CIO dimanche. D'autres recours pourraient suivre

La Russe Ioulia Efimova a fait appel de son exclusion pour dopage par la Fédération internationale de natation, sur la base des critères fixés par le CIO dimanche. D’autres recours pourraient suivre

A onze jours des Jeux de Rio, une autre compétition se joue sur le terrain du droit. La Russe Ioulia Efimova a été la première lundi à faire appel de son exclusion pour dopage par la Fédération internationale de natation, sur la base des critères fixés par le Comité international olympique (CIO) dimanche.

Officiellement, dix sportifs russes, sept nageurs, deux haltérophiles et un lutteur ont été déclarés non éligibles lundi pour les Jeux de Rio. Et donc retirés de la liste de la délégation russe pour Rio établie par le comité olympique russe (ROC).

Mais Ioulia Efimova, quadruple championne du monde et médaillée de bronze dans l’épreuve du 200 m brasse aux Jeux de Londres, n’a pas accepté cette sanction. Son agent, Andreï Mitkov, a aussitôt annoncé qu’elle allait faire appel devant le Tribunal arbitral du sport de Lausanne, en Suisse, et ce à la fois contre le CIO, le ROC et la FINA, la Fédération internationale de natation.

Il s’agit donc du premier recours contre la décision rendue publique dimanche par le CIO, consistant à sauver le ROC certes, mais à demander aux diverses fédérations internationales de trier elles-mêmes et de sélectionner les sportifs russes qui ne seraient pas touchés par le scandale de dopage d’Etat dévoilé en détail par le rapport McLaren le 18 juillet.

Le CIO avait ainsi fixé deux critères stricts : ne jamais avoir été sanctionné pour dopage, quand bien même la peine aurait été purgée, et ne pas être cité dans le rapport McLaren.

C’est ce pr...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant