JO: le fiasco du BMX français

le
0
LE BMX FRANÇAIS BREDOUILLE
LE BMX FRANÇAIS BREDOUILLE

par Olivier Guillemain

LONDRES (Reuters) - Le BMX français était venu à Londres avec de grandes ambitions, il en repartira bredouille après le fiasco de ses quatre coureurs engagés vendredi en phases finales.

Ses deux représentants masculins, Joris Daudet et Quentin Caleyron, ne se sont même pas hissés en finale tandis que ses deux coureuses, Laëtitia Le Corguillé et Magalie Pottier, ont terminé respectivement quatrième et septième.

Le premier à créer la sensation, mais dans le mauvais sens du terme, aura été Joris Daudet, le champion du monde 2011 et vice-champion du monde en titre.

Le jeune surdoué aquitain, à qui beaucoup promettaient l'or olympique, n'a même pas eu la chance de disputer la course aux médailles.

En passe de décrocher son ticket pour la finale lors de sa troisième et dernière course, une chute spectaculaire l'a condamné à terminer sixième de sa série alors que seuls les quatre premiers étaient qualifiés.

"Je ne sais pas vraiment ce qu'il s'est passé. J'ai chuté alors que j'étais en deuxième position et très bien dans ma course. Voilà, maintenant c'est fini. Tous ces entraînements pour rien. C'est la vie", a-t-il déclaré après son élimination.

"Ces JO n'ont pas été terribles pour moi (...) Je ne sais pas quoi dire. J'étais venu ici pour une médaille mais rien ne s'est passé comme je l'avais prévu", a ajouté le cycliste de 21 ans.

Aligné dans l'autre demi-finale masculine, Quentin Caleyron a lui aussi chuté, mais dans sa première course et n'a du coup jamais été vraiment en mesure de briguer la finale, finissant sixième de son groupe.

"Je suis très déçu car j'étais venu ici pour faire une médaille et je termine le cul par terre, c'est comme ça. C'est dur mais c'est le sport", a-t-il déclaré juste avant que ne commence la finale des femmes.

NIVEAU GÉNÉRAL EN HAUSSE

Qualifiée dans la douleur pour ce grand rendez-vous, la vice-championne olympique Laëtitia Le Corguillé a échoué au pied du podium, quatrième, une "place rageante après avoir connu le bonheur de Pékin".

"Je ne ressens rien, c'est bizarre. J'ai donné le maximum de moi. Je suis déçue mais je n'ai pas envie de pleurer ou de m'apitoyer sur mon sort", a dit la Bretonne avec beaucoup de sagesse.

"Je suis incapable de dire ce dont j'ai manqué. Peut-être que je ne me suis pas très bien placée sur la piste. Les deux filles à côté de moi ne sont pas parties très bien et du coup je n'ai pas vu quand c'est parti de l'extérieur très fort."

Pour celle qui se sentait encore "plus forte qu'à Pékin", une des raisons de cette quatrième place est aussi que depuis 2008, le niveau du BMX féminin a grimpé en flèche.

"Les filles ont beaucoup progressé depuis 2008, le niveau général s'est densifié et a augmenté. Il y a beaucoup de petites jeunes qui ont poussé. Regardez, dans cette finale, j'étais la plus vieille à 26 ans", a-t-elle souligné avec une pointe d'humour.

Sa cadette Magalie Pottier a elle aussi vécu vendredi sur la piste londonienne une désillusion, peut-être plus grande encore.

La Nantaise de 23 ans avait en effet posé ses valises à Londres avec un statut de championne du monde en titre et de coureuse la plus régulière cette saison.

Solide en demi-finale avec un deuxième temps à la clé dans sa série, Magalie Pottier est complètement passée au travers de sa finale en prenant un très mauvais départ.

"J'ai voulu très bien partir, très fort mais malheureusement pour moi, j'ai un peu accroché la grille et cela m'a beaucoup handicapé. Après j'ai essayé de tout donner pour revenir mais c'était trop tard", a-t-elle expliqué.

"C'est décevant. Je me suis entraînée fort pour aller chercher l'or olympique. Une médaille m'aurait fait plaisir mais j'étais clairement venue pour l'or", a-t-elle ajouté.

"C'est pas terrible cette journée pour le BMX français et pas facile. Mais en dehors de ça, on a fait un très bon championnat du monde et on fait partie de l'une des meilleures nations. Cela ne nous a pas souri aujourd'hui, c'est sûr, mais la prochaine fois cela sera pour nous !"

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant