JO: Le cycliste Grégory Baugé en demi-finales de la vitesse

le
0
GRÉGORY BAUGÉ ATTEINT LES DEMI-FINALES DE LA VITESSE AUX JO
GRÉGORY BAUGÉ ATTEINT LES DEMI-FINALES DE LA VITESSE AUX JO

par Mario Andres

LONDRES (Reuters) - Grégory Baugé s'est qualifié sans trop forcer pour les demi-finales de la vitesse individuelle des Jeux olympiques de Londres où il briguera lundi une médaille, voire mieux, le titre.

Vainqueur en deux manches en quarts de finale de l'Allemand Robert Forstemann, les plus belles cuisses du circuit, le champion du monde français affrontera dans le dernier carré l'Australien Shane Perkins, champion du monde de la vitesse par équipes et ancien champion du monde de keirin.

"C'est bien, je me qualifie en deux manches. Je n'ai pas trop puisé dans mes réserves", a expliqué le triple champion du monde individuel.

"Je gère mon tournoi, j'essaie de ne pas dépenser trop d'énergie. Le tournoi olympique, c'est plus long qu'un championnat du monde. Le public, les regards échangés avec les adversaires, une ambiance comme on n'en a que tous les quatre ans, les médias. Ça bouffe de l'influx", a-t-il ajouté.

Confiant, le Français se projette déjà plus loin que cette demi-finale a priori à sa portée et rêve déjà d'en découdre avec Jason Kenny, l'enfant chéri du public du "Pringle" de Stratford, qui ne l'a jamais battu.

"Je n'y suis pas encore mais la plus belle ce serait une finale contre Jason Kenny. Il est devant son public, il aura toute la pression. Sur le papier, il va plus vite que moi, puisqu'il a le meilleur temps", a expliqué le chef de file de l'équipe de France sur piste.

Le Britannique a en effet signé le meilleur chrono des quarts en 10"03 et retrouvera en demi-finale le véloce Trinidadien Njisane Nicholas Phillip, l'invité surprise de ces demies.

Sans brûler les étapes, Grégory Baugé est impatient d'être à lundi et d'en découdre pour le podium.

"Demain, on reprend tout à zéro. On va montrer qu'on est des hommes. D'abord, je prends Shane Perkins", dit-il.

Et ensuite, ce sera, si possible, Jason Kenny, histoire de moucher enfin ces pistards locaux qui trustent les victoires depuis le début de leurs Jeux.

Baugé affecte la modestie : "Kenny, il a plus d'expérience que moi, il a déjà disputé une finale olympique, moi pas", dit-il, mais un large sourire sur son visage dément ces propos.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant