JO: le coureur cycliste Sylvain Chavanel en trouble-fête

le
0
LE CYCLISTE SYLVAIN CHAVANEL VEUT SE MÊLER AUX FAVORIS DU CONTRE-LA-MONTRE AUX JO
LE CYCLISTE SYLVAIN CHAVANEL VEUT SE MÊLER AUX FAVORIS DU CONTRE-LA-MONTRE AUX JO

par Mario Andres et Julien Pretot

LONDRES (Reuters) - Il n'est certes pas le favori du contre-la-montre des Jeux olympiques de Londres, mais Sylvain Chavanel, champion de France de la spécialité, a une belle carte à jouer mercredi à Hampton Court.

Sur les 44 km du parcours tracé au bord de la Tamise, trois hommes dominent a priori le lot: le tenant du titre, Fabian Cancellara, le champion du monde, Tony Martin, et le chouchou du public, Bradley Wiggins.

Mais tous les trois ont leur lot de soucis.

Médaillé d'or du chrono et médaillé d'argent de la course en ligne sur route à Pékin, "Spartacus" Cancellara est allé tâter de la barrière dans la course sur route de samedi alors qu'il emmenait le peloton d'échappés dans le final.

Touché à la clavicule, qu'il s'était brisée au Tour des Flandres au printemps, le Suisse devrait s'élancer néanmoins sachant qu'il ne souffre d'aucune fracture.

"Je suis un dur à cuire", a-t-il déclaré. "Je me sens de mieux en mieux et ce qui compte, ce n'est pas le traitement, c'est la tête."

Le Suisse risque cependant d'être handicapé pour garder la meilleure position de recherche de vitesse, ce qui pourrait profiter à ses rivaux.

Si l'on se fonde sur le récent Tour de France, Bradley Wiggins devrait être intouchable.

Sa démonstration de force dans l'ultime contre-la-montre de la Grande Boucle fut si impressionnante qu'il sera champion olympique s'il la réédite sur le parcours roulant tracé à l'Est de Londres, et rehaussé d'une légère côte à Seven Hills Road.

"Je sais depuis ce contre-la-montre du Tour ce qu'il me reste à faire. Rien n'a changé. Les Jeux m'ont au contraire permis de rester concentré sur ce que je fais de mieux, pédaler, au lieu de me disperser", a-t-il dit.

Reste que le premier Britannique vainqueur du Tour a laissé des forces dans la course sur route du premier jour des Jeux, où il a tenté en vain toute la journée de ramener Mark Cavendish aux avant-postes.

CHAVANEL PAS LOIN

Pendant que l'ancien champion olympique de poursuite se dépensait sans compter, Tony Martin s'économisait. Sorti du Tour de France par une fracture du poignet, l'Allemand n'est pas non plus allé au bout de ses efforts lors de l'épreuve en ligne olympique.

Il sera sans doute, des trois favoris, celui qui a gardé le plus de "jus" et le parcours lui convient parfaitement.

Reste Sylvain Chavanel, qui a prouvé ces derniers mois qu'il n'était pas si loin des tout meilleurs en la matière.

S'il n'a pas disputé le dernier effort solitaire du Tour en raison d'une bronchite, le Français avait pris la troisième place du prologue de Liège et la cinquième du chrono de 41,5 km entre Arc-et-Senans et Besançon, à seulement sept secondes de Cancellara.

"J'ai vraiment bien récupéré de ma bronchite. Les sensations reviennent et je me sens vraiment prêt", confiait-il après sa 19e place dans la course en ligne.

D'autres prétendants peuvent néanmoins s'immiscer dans ce classement. L'Américain Taylor Phinney est un surdoué dans cet exercice et peut éclore dès ces Jeux. L'Espagnol Luis Leon Sanchez a fait preuve sur le Tour d'une forme éclatante. Et les spécialistes comme le Suédois Gustav Larsson ou l'Allemand Bert Grabsch ne peuvent pas être oubliés.

Reste enfin Chris Froome, la deuxième chance britannique et le dauphin de Bradley Wiggins sur les Champs-Elysées: comme sur le Tour, il est tout à fait capable de venir semer le doute.

Edité par Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant