JO: le comité français veut améliorer sa gouvernance

le
0
DENIS MASSEGLIA VEUT AMÉLIORER LA GOUVERNANCE DU COMITÉ OLYMPIQUE FRANÇAIS
DENIS MASSEGLIA VEUT AMÉLIORER LA GOUVERNANCE DU COMITÉ OLYMPIQUE FRANÇAIS

PARIS (Reuters) - Le président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), Denis Masseglia, continue de vouloir en améliorer la gouvernance.

Après une commission des relations internationales née la semaine dernière, un comité du haut niveau est en gestation pour mieux préparer l'avenir, a-t-il dit mardi.

Denis Masseglia, dont le mandat s'achève fin mai, a accompagné Bernard Lapasset, président de l'International Rugby Board (IRB), à la tête de la première.

Il entend désormais mettre en place un dispositif similaire pour le sport de haut niveau afin de s'appuyer sur l'expérience des sports gros pourvoyeurs de titres, mondiaux ou olympiques.

"Deux fédérations (natation et judo-NDLR) ont très bien marché à Londres, remportant chacune sept médailles, c'est-à-dire 14 sur un total de 34. Elles ne fonctionnent pourtant pas de la même manière", a-t-il expliqué mardi à des journalistes.

"La natation a une structure de clubs, le judo est plutôt centré sur l'Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance). On peut tirer de l'un et de l'autre et, en vue des Jeux de Rio (en 2016), c'est maintenant qu'il faut s'interroger sur la façon de fonctionner."

Pour "optimiser" cette réflexion, il envisage de réunir l'Etat, le mouvement sportif, les collectivités territoriales et le monde économique dans un comité que le président de la Fédération de judo, Jean-Luc Rougé, pourrait diriger.

Denis Masseglia reprend ainsi un de ses chevaux de bataille, la gouvernance, au point d'envisager la mise en oeuvre à terme d'une délégation de service public grâce à laquelle le mouvement olympique aurait davantage d'autonomie et de présence dans la gestion du sport français.

"Nous sommes prêts à piloter ce dispositif global pour optimiser les moyens", a insisté Denis Masseglia, soulignant que le budget du ministère des Sports allait baisser de 7%, ce qui pèsera sur toutes les fédérations, olympiques ou non.

Ce projet devrait avancer au premier trimestre 2013, au moment même où se posera la question de sa succession à la tête du CNOSF. Lui-même fera part de ses intentions le 8 janvier, lors de ses voeux au mouvement sportif.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Grégory Blachier et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant