JO: le biathlète Simon Fourcade se voit "bien mourir vieux"

le
0
SIMON FOURCADE N'A PAS ENVIE DE RACCROCHER
SIMON FOURCADE N'A PAS ENVIE DE RACCROCHER

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS, 31 janvier Reuters) - Simon Fourcade ne se cache pas derrière son index de tir et, contrairement à beaucoup, affirme haut et fort que les Jeux olympiques de Sotchi sont son objectif de l'année et qu'il n'est pas encore prêt à raccrocher skis et carabine.

A 29 ans et après avoir ouvert la voie à son cadet de quatre ans, Martin, champion du monde en titre et logique prétendant au titre olympique, le biathlète affiche encore pleins d'ambitions.

En termes de succès mais aussi de longévité.

"L'objectif, c'est forcément les Jeux, objectif chiffré ou pas, on n'est pas obligé de l'annoncer. Tous les athlètes disent la même chose 'on va là-bas pour ramener une médaille, peu importe la couleur'", a-t-il dit à Reuter lors de la présentation de l'équipe de France au siège du CNOSF (Comité national olympique et sportif français).

Simon Fourcade, vice-champion du monde de relais l'an passé à Nove Mesto (Tchécoslovaquie) comme l'année précédente où il avait également décroché l'argent en individuel en Allemagne, affirmait alors que la Coupe du monde n'était "pas une priorité".

"On va voir comment se passe la saison, je ne me mets plus de pression avec ça, l'important c'est comment je vais préparer Sotchi. Si je rate une course, je ne vais pas tout remettre en question comme je le faisais avant", précisait-il.

JUSQU'EN 2018, VOIRE 2022

Opéré le 4 décembre 2012 au mollet (ndlr: l'enveloppe du tibia enserrait trop le muscle), Simon Fourcade n'avait repris la compétition que début janvier pour tenir sa place aux Mondiaux et prendre la 9e place du 15km départ en ligne juste devant son frère, la 6e du 20 km et la deuxième du relais.

L'incident de parcours l'a cependant sans doute amené à relativiser, à voir plus loin et à ne pas envisager pour tout de suite sa fin de carrière.

"Je me vois bien mourir vieux ! Je me vois bien continuer jusqu'en 2018, j'aurais 34 ans. Faire quatre JO, ce ne serait pas mal. On en a vu d'autres - comme un certain Ole Einar Bjoerndalen", dit-il.

Champion du monde de relais la saison dernière, le Norvégien aura 40 ans en janvier prochain.

"Je n'ai pas envie non plus de me traîner sur les pistes? S'il y a des petits jeunes qui me pousse dehors, on verra", ajoute Simon Fourcade.

L'heure n'est donc pas à la retraite loin de là. Il rêve même des JO d'hiver de 2022 à Oslo. "On a envie de s'y projeter car pour nous, c'est le berceau du biathlon. Pourquoi pas?", dit-il.

En attendant, ce sont les Jeux de Sotchi qui arrivent avec leurs opportunités de podiums qu'il s'agisse d'épreuves individuelles ou en relais.

"Un titre en relais, c'est la finalité d'un groupe de copains qui travaillent ensemble, qui progressent ensemble et une façon de remercier tout un staff qui nous a aidés. C'est vraiment collectif donc ça a donc plus de saveur qu'en individuel"

Et à choisir ? "Je prends les deux", répond-il

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant