JO: la judoka Lucie Décosse, dans la peau de la favorite

le
0
LUCIE DÉCOSSE DANS LA PEAU DE LA FAVORITE
LUCIE DÉCOSSE DANS LA PEAU DE LA FAVORITE

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - "J'irai à Londres comme j'ai été à Pékin, pour gagner": Lucie Décosse ne cache pas ses ambitions olympiques, comme en Chine, il y a quatre ans, où elle avait finalement dû se contenter de la médaille d'argent.

Plus que jamais, la Française sera la judoka à battre sur les tatamis anglais, forte de ses trois titres mondiaux, dans la catégorie des moins de 63 kilos en 2005, puis dans la catégorie supérieure des moins de 70 kilos où elle fut sacrée en 2010 et 2011.

Evidemment, tout le monde l'attend au tournant du tournoi olympique mais Lucie Décosse prend cela avec philosophie.

"Je préfère être la favorite, le numéro un avec trois titres mondiaux plutôt que d'avoir dû me battre pendant six mois pour aller chercher la qualification olympique. Maintenant, on ne sait pas ce qu'il va se passer le jour J", disait aux médias la trentenaire il y a quelques semaines.

"Je vais avoir 31 ans (le 6 août prochain-NDLR), je vais faire mes troisièmes Jeux. Que ce soit à Londres ou ailleurs, peu importe. Ce que je veux c'est être championne olympique."

Et ça, ses adversaires le savent et travaillent sans relâche dans le but de prendre le meilleur sur Lucie Décosse, née à Chaumont, en Haute-Marne.

Mais la Française, elle aussi, a travaillé.

"On travaille sur ce que mes adversaires doivent faire pour me neutraliser. Dans ma carrière, je ne suis pas souvent tombée et c'est ce qu'elles veulent faire", précise-t-elle.

Lucie Décosse sait donc partir dans la peau de l'ultra-favorite mais elle se satisfait de ce statut qu'elle a apprivoisé.

"C'est difficile de se dire qu'on est la meilleure. J'ai perdu des combats en pensant que j'étais la meilleure. Pour gérer ça, je n'ai pas besoin de préparateur mental, j'ai des gens autour de moi en qui j'ai confiance et qui peuvent jouer ce rôle", affirme-t-elle.

OBJECTIF JO

Reste qu'une blessure n'est pas refermée, celle de Pékin où elle fut surprise en finale par la Japonaise Ayumi Tanimoto, détentrice du titre olympique.

Elle pensait pouvoir la maîtriser et l'avoir à sa main avant de se faire surprendre et, pour une fois - fait rarissime - de chuter, elle qui est réputée pour être inébranlable.

Tanimoto ne l'avait plus battue depuis 2001 et a choisi son jour pour prendre sa revanche sur les tatamis de Pékin.

Depuis sa déconvenue chinoise, Lucie Décosse a relevé la tête, changé de catégorie, glané deux titres mondiaux et remporté nombre de tournois, s'affirmant bel et bien comme la meilleure mondiale en moins de 70 kilos.

Pour autant, et si elle assume son statut, elle se veut prudente, d'autant qu'elle fut encore battue par une autre Japonaise, Haruka Tachimoto, sur décision, lors du dernier tournoi de Paris.

"L'objectif, ce sont les Jeux olympiques. Ce n'est pas une piqûre de rappel, je n'ai pas besoin de piqûre de rappel, je sais ce que j'ai à faire pour gagner les Jeux", disait-elle alors, début février.

Quelques semaines plus tard, elle est apparue toujours aussi sûre d'elle, avec cependant un petit bémol.

"Après ce que j'ai vécu à Pékin, j'aurai toujours peur de tomber sur une Japonaise", a-t-elle dit à 100 jours du lancement de JO.

Alors, concernant les combattantes du pays du Soleil Levant, ou d'autres, intox ou info de la part de "Lulu"?

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant