JO: la journée des dames

le
0
DU BRONZE ET DE L'OR POUR LES FRANÇAISES
DU BRONZE ET DE L'OR POUR LES FRANÇAISES

par Olivier Guillemain

LONDRES (Reuters) - La France s'en est remise à ses athlètes féminines, mercredi, pour ajouter deux nouvelles médailles à son bilan déjà bien garni aux Jeux olympiques de Londres : de l'or au judo avec Lucie Décosse et du bronze en natation, en relais 4x200 m nage libre.

La nouvelle star des bassins français, Yannick Agnel, aurait pu contredire ce constat mais le grand nageur niçois a échoué à quatre centièmes du podium d'une des épreuves les plus suivies des Jeux, le 100 m nage libre.

Pour la délégation française, ce mercredi 1er août restera donc comme le grand jour de Lucie Décosse, qui a joué les alchimistes en transformant l'argent de Pékin en moins de 63 kg en or londonien dans la catégorie des moins de 70 kg.

"Lulu", qui fêtera ses 31 ans lundi prochain, a dominé en finale l'Allemande Kerstin Thiele sur waza-ari au terme d'un combat qu'elle a dominé de bout en bout, à l'image d'une journée où personne n'a semblé en mesure d'entraver la marche victorieuse d'une judoka invaincue depuis deux ans.

"Je sais qu'aujourd'hui est la dernière grande journée de ma vie", a-t-elle dit en bottant en touche concernant la suite de sa carrière. "Continuer à combattre, oui, un petit peu", s'est-elle contentée d'ajouter.

Le deuxième podium du jour est venu, encore une fois, de la natation, où Camille Muffat, relayée par Charlotte Bonnet, Ophélie-Cyrielle Étienne et Coralie Balmy ont apporté à la France sa treizième médaille.

"Ce relais, ça fait longtemps qu'on en parle, qu'on dit qu'on en est capable. (...) Moi, j'avais réussi mes Jeux, je voulais aussi faire profiter des filles que je connais depuis longtemps", a résumé Camille Muffat, qui compte une récompense dans chaque métal.

Le nouveau patron de la natation française Yannick Agnel a bien failli monter sur le podium du 100 m nage libre, qui n'est pourtant pas sa distance de prédilection.

Aux côtés des James Magnussen, Cesar Cielo, Nathan Adrian et consorts, le Niçois a nagé deux longueurs explosives pour échouer finalement à quatre petits centièmes du bronze (47"84).

BASKET ET HAND EN FÊTE

"Je suis un peu déçu. Mais j'ai respecté le plan que je m'étais fixé, qui était de partir assez vite, comme sur le 100 m du relais", a expliqué le Niçois, qui avait été crédité de 46"74 (lancé) lors de son relais victorieux.

"Je suis juste tombé contre plus fort que moi", a concédé le double champion olympique à l'issue de cette épreuve finalement enlevée par l'Américain Nathan Adrian en 47"52, devant le champion du monde en titre, James Magnussen.

Dans l'ombre des champions médaillés mercredi à Londres, la délégation française a également connu deux grandes désillusions qui ont fait couler de grosses larmes.

Il y a d'abord eu celles de Céline Goberville, inconsolable après son échec au pistolet à 25 m, trois jours après avoir eu le privilège de devenir la première athlète française à décrocher une médaille aux JO de Londres.

Etienne Daille avait aussi les yeux rougis à l'issue de la finale du slalom de kayak monoplace dans le bassin technique et exigeant de Lee Valley.

Contrairement à Tony Estanguet en canoë, le leader de la Coupe du monde n'a pas réussi à assumer son statut, échouant à la septième place.

Une autre désillusion s'est déroulée à ExCel où l'escrime française, emmenée par Gauthier Grumier et Yannick Borel, a confirmé qu'une sérieuse remise en question s'imposerait peut-être au retour à Paris.

Heureusement pour les supporters inconditionnels du Club France de Londres, encore venus en masse dans l'ambassade de substitution située sur les bords de la Tamise, la journée de mercredi a été par ailleurs émaillée de succès tricolores.

Il y a d'abord eu les basketteuses le matin, qui grâce à leur victoire face au Canada (64-60), conjuguée à celle de la Russie face à la Grande-Bretagne, ont assuré leur place en quart de finale.

Peut-être inspirées par cette performance, leurs homologues du handball ont surclassé plus tard dans la journée les vice-championnes d'Europe suédoises (29-17), prenant ainsi une belle option sur la qualification en quarts.

Jo-Wilfried Tsonga a enfin décroché son billet pour les quarts de finale du simple et du double, pour lequel il fait équipe avec son compatriote Michaël Llodra, sur le gazon de Wimbledon.

Edité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant