JO: la Grande-Bretagne fête ses rois, Décosse adoubée

le
0
LA JUDOKA LUCIE DÉCOSSE REMPORTE L'OR
LA JUDOKA LUCIE DÉCOSSE REMPORTE L'OR

par Mike Collett-White et Ian Ransom

LONDRES (Reuters) - Genou à terre au début de ses Jeux olympiques, la Grande-Bretagne s'est découvert deux reines mercredi avec Helen Glover et Heather Stanning, titrées en aviron, avant de couronner son roi Bradley Wiggins en contre-la-montre et d'assister à l'adoubement de Lucie Décosse.

Médaillée d'argent à Pékin en 2008, la judoka tricolore est enfin devenue championne olympique en dominant de la tête et des épaules l'Allemande Kerstin Thiele en finale des moins de 70 kg, point d'orgue d'un tournoi qu'elle a éclaboussé de son talent.

A bientôt 31 ans, la Française a décroché la seule médaille qui manquait à son exceptionnel palmarès, non sans avoir infligé au passage l'ippon le plus rapide des Jeux - neuf secondes de combat - à la Colombienne Yuri Alvear, championne du monde en 2009.

Lucie Décosse n'a pas été la seule reine des Jeux ce mercredi, surtout vu de Londres.

Après avoir beaucoup ramé pendant les quatre premiers jours de compétition, la Grande-Bretagne peut rendre grâce au tandem Helen Glover-Heather Stanning, qui s'est assis sur le trône de l'aviron en deux sans barreuse, offrant à la Couronne britannique sa première médaille d'or.

Ayant pris goût au "God save the Queen", le public anglais a pu célébrer l'esprit libéré le sacre différé de ses cyclistes. Après la déception de la course en ligne, Bradley Wiggins, déjà roi du Tour de France, et son dauphin Christopher Froome, ont cette fois tenu leur rang en se parant d'or et de bronze.

Sur le podium dressé au pied Hampton Court Palace, vêtu d'un blouson aux couleurs de l'Union Jack qui le faisait ressembler à l'un des musiciens des groupes Mod qu'il révère, Sa Majesté Bradley Wiggins a salué les fans brandissant des bannières à sa gloire : "Go Wiggo" ou "Wiggold".

COE-CORICO

"J'ai essayé de savourer parce que je ne me souviens pas vraiment de mes derniers Jeux. J'étais trop jeune ou c'est passé trop vite. Et puis le cadre est vraiment exceptionnel. Difficile de faire plus britannique !", s'est amusé le champion de l'Olympe et de l'humour pince-sans-rire.

De la Grande-Bretagne triomphante à la "perfide Albion", il n'y a qu'un pas : le président du comité organisateur des Jeux, Sebastian Coe, l'a franchi à petites foulées en déclarant que Michael Phelps, qui a battu mardi le record de médailles (19) de l'histoire des JO, n'était "probablement pas" le plus grand champion olympique de tous les temps.

Un titre que l'ancien athlète décernerait volontiers - ô surprise - au rameur Steve Redgrave, que Bradley Wiggins vient de déposséder du record de médailles olympiques remportées par un Britannique en portant son total personnel à sept.

Le nageur aura l'occasion de répondre à ce crime de lèse-majesté dans les bassins de l'Aquatics Centre dès ce mercredi soir en demi-finale du 200 mètres quatre nages.

Une fois n'est pas coutume, la course de Michael Phelps sera toutefois éclipsée par la très attendue finale du 100 mètres nage libre, avec en guise de princes des bassins le Français Yannick Agnel, l'Australien James Magnussen ou le Brésilien Cesar Cielo.

Si Sebastian Coe n'a pas fait preuve d'un grand esprit olympique à l'égard du "kid de Baltimore", que dire des huit joueuses de badminton disqualifiées par leur Fédération internationale du tournoi de double pour avoir fait exprès de perdre un match de poule afin de bénéficier d'un tableau plus favorable ?

HISTOIRES DE MAMANS

Ces joueuses originaires de Chine, de Corée du Sud et d'Indonésie n'ont "pas fait tout leur possible pour gagner" et se sont "conduites de manière offensante et préjudiciable pour le sport", a tranché la Fédération.

Exclue mardi par la délégation portugaise après avoir esquivé sans explication le début des épreuves de planche à voile, Carolina Borges a révélé mercredi qu'elle avait une bonne raison de rester au lit : elle est enceinte de trois mois.

La cycliste Kristin Armstrong, elle, est devenue maman après avoir mis fin à sa carrière sur un titre olympique du contre-la-montre à Pékin. Mais pédaler n'étant apparemment pas plus dur qu'allaiter un bébé la nuit, l'Américaine est remontée sur le vélo pour réaliser mercredi le doublé.

"Je veux être une source d'inspiration pour toutes les mères présentes", a-t-elle confessé.

Les Anglais ayant décidé de faire parler d'eux ce mercredi, le maire de Londres Boris Johnson, connu pour son excentricité, ne pouvait pas être en reste.

S'il n'est pas monté au septième ciel comme les médaillés d'or, il n'en a pas été loin, restant suspendu pendant plusieurs minutes au-dessus du sol, la tyrolienne qui devait lui permettre de faire une spectaculaire apparition s'étant bloquée lors d'une fête dans un parc de Londres.

Quant à l'haltérophile britannique Jack Oliver, il a été victime d'un incident encore plus bête, la classique panne de réveil qui a bien failli lui coûter sa participation au tournoi olympique des 77 kg s'il n'avait pas battu un record toutes catégories en s'habillant "en 30 secondes".

Tangi Salaün pour le service français, édité Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant