JO: la France marche sur l'eau, la Chine surnage

le
0
LE TRIOMPHE DU RELAIS 4X100 M NAGE LIBRE FRANÇAIS
LE TRIOMPHE DU RELAIS 4X100 M NAGE LIBRE FRANÇAIS

par Karolos Grohmann

LONDRES (Reuters) - La natation française a provoqué un raz-de-marée dimanche aux Jeux olympiques de Londres, emportant deux médailles d'or sur son passage, tandis que la Chine engrangeait son flot habituel de médailles pour consolider sa mainmise au classement.

Ces torrents de joie ont permis d'oublier un peu les nuages qui s'amoncellent dans le ciel londonien, au propre comme au figuré, entre déluge de pluie, polémiques sur l'organisation et affaires de dopage.

La délégation tricolore, qui était encore bredouille samedi au soir de la première journée de compétition, termine ce dimanche avec quatre médailles, dont une en argent avec la tireuse Céline Goberville (pistolet à 10 m) et une de bronze avec la judoka Priscilla Gneto (-52 kg).

Et surtout deux récompenses du plus beau métal conquises avec maestria dans le bassin olympique: après seulement deux jours passés à l'Aquatics Centre, la natation française a déjà établi un record historique en s'offrant deux titres dans les mêmes Jeux.

Il y a d'abord eu Camille Muffat, pleine de sang-froid et de maîtrise sur 400 m nage libre, qui est allé cueillir le titre que Laure Manaudou avait obtenu en 2004 à Athènes.

Puis, un scénario d'anthologie sur 4x100 m nage libre: le relais français, devancé de peu à Pékin par les Américains, a fait souffler un vent de folie pour venir coiffer sur le fil Michael Phelps, Ryan Lochte et consorts.

Le sacre d'Amaury Leveaux, Fabien Gilot, Clément Lefert et Yannick Agnel mettra sans doute un peu de baume au coeur de la natation française, dont l'une des figures de proue, Alain Bernard, a définitivement tourné la page de la natation de haut niveau dimanche soir.

Le champion olympique du 100 m nage libre de Pékin achève sa carrière sur une médaille d'or "par procuration" en relais, pour lequel il avait disputé les séries dimanche matin mais n'a pas été retenu en finale .

Signe des temps, la victoire du relais français a privé Michael Phelps, autre star des Jeux de 2008, d'un quinzième titre olympique. L'Américain dispose néanmoins de seize médailles et n'est plus qu'à deux trophées du record absolu de 18 récompenses détenu par la gymnaste soviétique Larissa Latynina.

DEUX RECORDS DU MONDE DANS LE BASSIN

Le festival tricolore a presque relégué au second plan les victoires de Cameron van der Burgh sur 100 m brasse hommes et de Dana Vollmer sur 100 m papillon femmes, avec à chaque fois le record du monde à la clé.

Le Sud-Africain a parcouru la distance en 58"46, soit 12 centièmes de mieux que la précédente marque, tandis que l'Américaine est devenue la première nageuse à passer sous la barre des 56 secondes sur la distance (55"98).

Le double tenant du titre du 100 m brasse, le Japonais Kosuke Kitajima, a fini à la cinquième place. Tout comme Michael Phelps samedi, il a ainsi raté l'occasion de devenir le premier nageur de l'histoire à s'imposer sur la même distance lors de trois Jeux consécutifs.

Autre occasion manquée, toutes ces rangées de sièges vides dans les stades et les salles de compétition qui rendent furieux les Britanniques, frustrés de n'avoir pu décrocher un sésame pour l'athlétisme, la natation, voire le tennis.

La polémique a contraint les organisateurs et le gouvernement à annoncer l'ouverture d'une enquête pour établir qui sont les détenteurs des billets non utilisés, sponsors, parents d'athlètes ou trafiquants au marché noir incapables de revendre les billets.

CUMULUS

Et les sources de polémiques se multiplient comme autant de cumulus à l'horizon.

Ainsi, la gymnaste artistique ouzbèke Luiza Galiulina et la sprinteuse de Saint-Kitts et Nevis Tameka Williams ont ramené l'ombre du dopage sur les Jeux. Toutes deux ont été suspendues.

L'intrusion d'une jeune femme au milieu des athlètes indiens pendant la cérémonie d'ouverture a été une autre cause d'embarras pour le Comité d'organisation, qui a tenté d'apaiser les dirigeants indiens furieux de ce manquement aux règles de sécurité.

En outre, la police a dû intervenir pour la première fois depuis le début des Jeux pour arrêter un homme accusé d'agression après un incident survenu aux Royal Artillery Barracks où se déroulent les épreuves de tir.

Au deuxième jour de compétition, la pluie a également douché l'enthousiasme né de la cérémonie d'ouverture, perturbant plusieurs compétitions dont le tournoi de tennis.

Sous le déluge, la cycliste britannique Elizabeth Armitstead est malgré tout parvenue à prendre la médaille d'argent de la course en ligne sur route, offrant aux locaux leur premier podium des Jeux .

Les équipes de France et de Grande-Bretagne n'en restent pas moins très loin de la Chine qui compte déjà six médailles d'or grâce à deux titres raflés dans la journée.

Wenjun Guo a réussi le doublé au tir au pistolet féminin, quatre ans après Pékin, et Wu Minxia et He Zi ont fait une démonstration d'harmonie dans le plongeon synchronisé féminin.

Jean-Paul Couret et Jean Décotte pour le service français, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant