JO: "l'esprit bleu et le coeur olympique" de la France à Londres

le
0
JO: "l'esprit bleu et le coeur olympique" de la France à Londres
JO: "l'esprit bleu et le coeur olympique" de la France à Londres

par Olivier Guillemain

PARIS (Reuters) - A cent jours du coup d'envoi des JO de Londres, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a dévoilé mercredi le slogan qui sera celui de la délégation hexagonale l'été prochain: "Esprit bleu, coeur olympique".

"Pourquoi l'esprit bleu ? Parce que c'est celui qui rassemble tous les acteurs de l'équipe de France. Et pourquoi du coeur ? Parce qu'il faudra en mettre être performant", a expliqué le président du CNOSF Denis Masseglia, devant un parterre de plusieurs centaines de personnalités du sport, réunies au siège de l'institution.

"Je pense qu'il va inspirer nos athlètes mais aussi toute une génération de jeunes, qui auront envie de vouloir les remplacer et surtout de faire du sport", a-t-il ajouté, en précisant que le dessin qui accompagnait de slogan était tout aussi parlant, avec "un coq, un coeur et une flamme de la victoire".

Présent aux côtés de Denis Masseglia, le chef de mission de la délégation olympique Bernard Amsalem a abondé dans ce sens, estimant que lors des prochains JO de Londres (27 juillet-12 août), les Bleus devront se montrer garants de certaines valeurs.

"Aux JO, il y a des valeurs olympiques qui induisent une dimension culturelle, universelle, éducative, éthique, une idée d'excellence, de partage et de fraternité. C'est ce que nous voulons faire passer à travers notre équipe", a souligné Bernard Amsalem, par ailleurs président de la Fédération française d'athlétisme (FFA).

Invité à s'exprimer sur ce sujet, le manager de l'équipe de handball masculine, Claude Onesta, a également loué la philosophie de l'olympisme en expliquant que pour lui, l'équipe de France aura un certain devoir d'exemplarité l'été prochain à Londres.

"EXEMPLARITÉ"

"L'esprit bleu, c'est ce à quoi on s'attend toute l'année. On est fier de participer, de représenter sa fédération, son pays. Et tout cela nous impose une certaine exemplarité", a souligné l'entraîneur des "Experts", champions olympiques à Pékin il y a quatre ans.

Avant que plusieurs athlètes ne prennent la parole, à l'image du canoéiste Tony Estanguet ou encore de la capitaine de l'équipe de France de handball Amélie Goudjo, Bernard Amsalem a fait un point sur le nombre de qualifiés officiels à cent jours de l'ouverture des JO.

"Aujourd'hui, on en est à 178 qualifications obtenues mais il reste encore beaucoup de tournois de qualification ou de minima à faire, selon les disciplines. Notre record est de 330 athlètes, à Sydney, en 2000. Mais cette année, on vise un chiffre de 340-350", a annoncé le chef de la mission olympique.

En termes de médailles, Bernard Amsalem a également placé la barre très haut.

"On peut envisager de faire aussi bien qu'à Pékin, où on a fait 41 médailles. Cela serait déjà pas mal, mais ce qu'il faudrait surtout faire, ce serait de rapporter plus de médailles d'or. On en avait sept à Pékin. Là, on a un a potentiel qui peut nous amener au-delà de dix, voire 12", a-t-il estimé.

"Cela nous permettrait de se classer dans les huit meilleures nations du monde, ce qui serait satisfaisant."

Edité par Chrystel Boulet et Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant