JO: Julie Bresset et Anne-Caroline Graffe, étoiles inattendues

le
0
LA FRANÇAISE ANNE-CAROLINE GRAFFE EN ARGENT AU TAEKWONDO
LA FRANÇAISE ANNE-CAROLINE GRAFFE EN ARGENT AU TAEKWONDO

par Chrystel Boulet-Euchin

LONDRES (Reuters) - Elles n'étaient pas forcément attendues mais Julie Bresset et Anne-Caroline Graffe ont répondu présentes samedi aux Jeux olympiques de Londres, la première s'appropriant l'or en VTT, la deuxième l'argent en taekwondo.

L'équipe de basket féminine ne se faisait guère d'illusion sur le résultat de sa finale contre les Etats-Unis et s'est inclinée 86-50 face aux désormais quintuples championnes olympiques.

Malgré cette lourde défaite, les Bleues entrent dans l'histoire du basket français en décrochant l'argent, 12 ans après leurs homologues masculins à Sydney.

Julie Bresset a, elle, confirmé tout le talent de l'école française de VTT en enlevant le titre au bout d'un long cavalier seul.

En un peu moins de 27 kilomètres et un peu plus d'une heure et demie, la Bretonne de 23 ans a rejoint Miguel Martinez et Julien Absalon, champions olympiques de l'épreuve chez les hommes, et offert à la France son quatrième titre olympique en VTT sur neuf décernés depuis les Jeux d'Atlanta en 1996.

En tête de bout en bout, la Française a fait exploser la course et laissé les accessits à l'Allemande Sabine Spitz, médaillée d'argent à 40 ans, après avoir enlevé le bronze à Athènes et l'or à Pékin.

Contrairement à sa compatriote, Anne-Caroline Graffe a buté sur la dernière marche dans la catégorie des +67 kg, laissant la victoire à la Serbe Milica Mandic.

La Tahitienne de 26 ans s'est inclinée de justesse sur l'ultime rencontre (9-7), un résultat néanmoins quasi inespéré.

La native de Papeete a, en effet, bénéficié au dernier moment du retrait de Gwladys Epangue, contrainte de déclarer forfait en juin.

Sur la piste du Stade olympique, le relais 4x100 m français a échoué au pied du podium derrière la Jamaïque d'Usain Bolt, les Etats-Unis et Trinidad et Tobago, alors que les Françaises du 4x400 m ont terminé sixièmes.

DINIZ, DU SOURIRE AUX LARMES

"On n'est pas passé loin de l'exploit", a dit Christophe Lemaitre, qui a terminé sixième du 200m individuel vendredi.

La journée a été encore beaucoup plus dure pour Yohann Diniz, sur 50 km marche, et les Français engagés en canoë-kayak.

Le marcheur, double champion d'Europe et vice-champion du monde, qui espérait le podium, se satisfaisait d'une huitième place à l'issue d'une couse où il a chuté. Mais il a ensuite appris qu'il était disqualifié pour un ravitaillement hors zone.

Un crève-coeur pour le Champenois qui avait dû abandonner aux Jeux de Pékin.

Les trois bateaux français engagés sur le plan d'eau d'Eton ont, eux aussi, versé dans la désillusion, échouant au pied ou non loin du podium, alors qu'ils faisaient partie des favoris.

Le bilan en eaux calmes est un zéro pointé et seuls Tony Estanguet et Emilie Fer, sacrés en eaux vives, ont tiré leur épingle des Jeux.

Entre bonheurs et déboires, la journée s'est cependant achevée avec une satisfaction, celle de voir le céiste palois élu à la commission des athlètes du Comité international olympique (CIO) où il rejoint Jean-Claude Killy et Guy Drut.

Tony Estanguet, âgé de 34 ans, a recueilli 1.779 voix à l'issue d'un scrutin auquel 10.852 athlètes étaient appelés à participer du 16 juillet au 8 août.

Le triple champion olympique n'a pas boudé son plaisir, sachant qu'il passe ainsi à une "nouvelle aventure" qui va le faire basculer du sport pur et dur à la politique.

Reste que l'aventure olympique n'est pas finie puisque les Français peuvent encore briguer une à quatre médailles dimanche, sur les différents sites londoniens.

Edité par Simon Carraud et Jean Décotte

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant