JO: Jean-Marc Ayrault en visite au Club France

le
0

LONDRES (Reuters) - A quelques heures de la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Londres à laquelle il doit assister, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault était en visite vendredi au Club France, où il a salué les sportifs, les assurant du "soutien de toute la nation".

Il a fait le tour des installations, accompagné par Valérie Fourneyron, la ministre des Sports, Denis Masseglia, président du Comité national olympique et sportif français (CNOSF), Bernard Amsalem, chef de mission, et Laura Flessel qui sera vendredi soir porte-drapeau de la délégation tricolore.

Après s'être vu remettre le paquetage de l'équipe de France - sac à dos et tenue -, tout comme Valérie Fourneyron, il a dit son admiration pour le mouvement sportif et précisé qu'une salle de sport existait à Matignon et qu'il la fréquentait souvent.

"C'est indispensable", a-t-il dit.

Interrogé sur le budget des sports, qui avait baissé sous le précédent gouvernement, Jean-Marc Ayrault s'est voulu rassurant.

"Nous allons tout faire pour maintenir notre capacité d'intervention mais je ne peux pas vous cacher que nous devons faire face à nos engagements sur la réduction du déficit. Nous allons devoir faire face à des choix", a-t-il néanmoins nuancé.

"Dans nos priorités, il y a la jeunesse et l'éducation et le sport fait partie de cela", a ajouté le Premier ministre avant de s'éclipser pour rejoindre le palais de Buckingham où il était attendu par la reine Elisabeth II.

"La Reine n'attend pas!", a-t-il lancé.

Valérie Fourneyron a repris le flambeau gouvernemental, avec d'autant plus d'enthousiasme qu'elle est une véritable passionnée de sport, elle qui fut médecin de l'équipe de France de volley-ball.

"Il y a du plaisir et de la fierté à être ici (...). Cet événement est à nul autre pareil", a-t-elle dit.

Elle est finement revenue sur la question des primes pour les médaillés olympiques, qui n'avaient pas été budgétisées par ses prédécesseurs en s'adressant à Laura Flessel.

"Plus vous nous coûterez cher, mieux cela sera", a-t-elle lancé à la double championne olympique d'escrime (1996) qui disputera, à 40 ans, ses cinquièmes et derniers Jeux à Londres.

Chrystel Boulet-Euchin, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant