JO: "Guerre du tennis de table" entre les deux Corées

le
0

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - La Corée du Sud et la Corée du Nord, deux pays séparés par la frontière la plus militarisée du monde, se sont livré samedi au Jeux olympiques de Londres à une "guerre du tennis de table" qui a tourné à l'avantage des joueurs venus de Séoul.

Les Sud-Coréens ont battu leurs voisins au premier tour du tournoi masculin par équipe sur le score de 3-1.

"Je sens une pression particulière quand je joue contre la Corée du Nord", a commenté Yoo Nam Kyu, l'entraîneur de l'équipe de Corée du Sud.

"Nous sommes le même peuple et nous parlons la même langue mais, politiquement, nous ne sommes pas en bons termes en ce moment", a reconnu le stratège coréen.

Son équipe, forte de son statut de tête de série numéro deux, s'est présentée avec l'étiquette de grande favorite face à la onzième équipe dans la hiérarchie mondiale, mais elle a dû combler le handicap d'un premier duel perdu par Sangeun Oh.

Ryu Seung-min a finalement offert la victoire aux Sud-Coréens en battant Kim Hyok-bong lors du quatrième et dernier match.

"Nous nous disons toujours bonjour, il n'y a aucun problème", a confié Ryu. "Nous avons de bonnes relations. Mais sur le court, nous sommes en guerre, la guerre du tennis de table."

Ryu et son rival se sont cordialement serrés la main à la fin du match mais les contacts se sont limités au strict minimum tout au long du face à face entre les deux pays. Et aucun joueur ne s'est risqué à parler politique.

Les membres de la délégation nord-coréenne ont refusé de s'arrêter pour répondre aux questions des journalistes.

Le tennis de table est l'un des sports les plus populaires dans ces deux pays, toujours formellement en guerre depuis 1953, au point qu'il a servi de trait d'union lors d'efforts diplomatiques pour les rapprocher.

En 1991, les deux Corées avaient disputé les championnats du monde de la discipline sous le même drapeau, trois ans seulement après le boycott des Jeux de Séoul par la Corée du Nord.

Les deux délégations avaient défilé ensemble lors des cérémonies d'ouverture des Jeux de Sydney en 2000 et d'Athènes en 2004, sans toutefois disputer les compétitions sous la même bannière.

Simon Carraud pour le service français, édité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant