JO: exploit des basketteuses françaises face à l'Australie

le
0
LES BASKETTEUSES FRANÇAISES BATTENT LES AUSTRALIENNES
LES BASKETTEUSES FRANÇAISES BATTENT LES AUSTRALIENNES

par Romain Brunet

LONDRES (Reuters) - L'équipe de France de basket féminine a signé un véritable exploit lundi en battant les vice-championnes olympiques australiennes (74-70) lors de la deuxième journée du tournoi olympique.

Les Bleues sont devenues la première équipe, en dehors des États-Unis, à battre l'Australie aux Jeux olympiques depuis l'Ukraine en 1996.

La grande dame de cette victoire a été Émilie Gomis (22 points à 8/12 aux tirs), alors que la défense française a su contrôler les géantes australiennes sous les panneaux.

Surtout, la France a survécu à une prolongation arrachée par les Australiennes sur un tir à trois points de Belinda Snell depuis son propre camp au buzzer du temps réglementaire.

"C'est beaucoup de bonheur, c'était magique", s'est réjouie Sandrine Gruda après la rencontre. "Le tir de l'Australienne était incroyable, mais c'est bien, ça a mis un peu de piquant au match, c'était intéressant pour les supporteurs et pour nous-mêmes."

Distancées 10-2 après cinq minutes, les Bleues ont recollé au score grâce à leurs meneuses de jeu Céline Dumerc (13 points) et Edwige Lawson-Wade (11 points) à trois points.

Le score est ensuite serré jusqu'à la mi-temps, les joueuses de Pierre Vincent dominant leurs adversaires au rebond (21 à 17 à la pause et 43 à 41 au final).

Cette présence des Françaises sous le cercle les a maintenues à flot malgré un mauvais pourcentage de réussite aux tirs (29 % en première mi-temps) et plusieurs choix discutables.

GOMIS EN FEU

"Notre entame de match a été catastrophique parce qu'on ne respecte pas nos intentions de jeu", souligne Pierre Vincent. "On se met en difficulté, on fait des erreurs vraiment très grossières en les laissant marquer des paniers faciles en dessous. Ça c'est inacceptable."

Alors que les Australiennes se concentrent sur le jeu intérieur, l'arrière Émilie Gomis prend feu au retour des vestiaires en marquant 14 points en cinq minutes pour aider son équipe à prendre le large (46-36).

"Ce qu'elle a fait, c'est énorme", lance Edwige Lawson-Wade. "C'était Émilie Gomis contre l'Australie. Ça nous a boosté, ça nous a permis de prendre un petit avantage."

"En première mi-temps je n'ai pas été présente, mais ça tourne dans notre équipe", préfère relativiser Émilie Gomis. "On ne sait pas qui va faire son match et c'est ça qui est bien. Parce que dès qu'il y en a une qui commence à être bien, comme avec Céline Dumerc lors du premier match, on met tout en ouvre pour qu'elle puisse être bien. C'est notre force."

Tout réussit aux Bleues dans ce troisième quart-temps, au point de compter 13 points d'avance (52-39) à 3'37 de la fin de la période.

Mais les Australiennes ne s'avouent pas vaincues. Grâce au réveil de leurs joueuses extérieures, les vice-championnes olympiques reviennent dans la partie et repassent même devant (58-59) à quatre minutes de la fin du match.

TIR À TROIS POINTS INSENSÉ

Le "money-time" est intense et engagé. Sur un tir à trois points de Céline Dumerc à 1'43 du buzzer, les Bleues reprennent l'avantage (62-61) puis creusent un peu plus l'écart grâce à une belle circulation du ballon qui permet de trouver Sandrine Gruda à l'intérieur (64-61).

Les filles de Pierre Vincent manquent ensuite deux occasions de tuer le match, dont une contre-attaque vendangée par Émilie Gomis.

"Je m'en voulais parce que si je l'avais marqué, le match aurait été plié. Je peux vous dire que ça a cogité dans ma tête pendant cinq minutes", en sourit après-coup l'arrière bleue.

Ces occasions manqués laissent en effet une dernière chance à l'Australie. Belinda Snell parvient à planter depuis derrière la ligne du milieu du terrain un tir à trois points insensé alors que la sirène retentit. Prolongation.

Sous le choc mais pas abattues, les Françaises gardent la tête froide durant les cinq minutes supplémentaires. Elles résistent et finissent par s'imposer 74-70, battant l'Australie pour la première fois de leur histoire.

"On ne s'est pas mis plus de pression que ça, on a continué dans la lignée de la deuxième mi-temps avec les mêmes intentions de jeu et on a réussi à gagner", savoure la capitaine Céline Dumerc.

Les Françaises devront confirmer face au Canada, mercredi, pour décrocher un billet pour les quarts de finale.

Edité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant