JO de Sotchi: le gouvernement appelé à financer pertes et faillites

le
0
JO de Sotchi: le gouvernement appelé à financer pertes et faillites
JO de Sotchi: le gouvernement appelé à financer pertes et faillites

 La banque publique russe de développement VEB, qui a financé les installations pour les JO de Sotchi à hauteur de cinq milliards d'euros, s'attend à des faillites et appelle le gouvernement à l'aide, rapporte jeudi le journal russe Kommersant.

La banque d'investissement a adressé une lettre au Premier ministre, Dmitri Medvedev, pour le prévenir qu'un certain nombre de ces infrastructures deviendraient déficitaires et que leurs propriétaires risquaient de ne plus pouvoir rembourser leurs traites à partir de 2015, indique le quotidien, qui a eu copie du document.

Elle demande au gouvernement de provisionner des montants dans le budget 2015-2017 « soit pour soutenir des investisseurs privés afin de garantir le remboursement des crédits à VEB, soit pour compenser les pertes en cas de procédures de faillite ».

Les JO les plus chers de l'histoire : mauvais investissement ?

La Russie a dépensé 1.500 milliards de roubles, soit plus de 32 milliards d'euros, pour la préparation des jeux Olympiques de Sotchi, les plus chers de l'histoire, sur les bords de la mer Noire et dans les montagnes du Caucase au-dessus de la ville, dans une zone auparavant quasi vierge d'infrastructures sportives.

Plusieurs groupes qui ont investi massivement ont, avant même les JO d'hiver, demandé l'aide de l'Etat: celui d'Oleg Deripaska (qui a construit la station de sports d'hiver de Krasnaïa Poliana), de Vladimir Potanine (stations de Rosa Khoutor), du géant gazier Gazprom ou de la banque publique Sberbank.

Selon Kommersant, VEB a déjà consenti à un moratoire sur les remboursements jusque fin 2015.

Une clause précise que si les emprunteurs ne sont plus en mesure de rembourser, l'Etat récupèrera les infrastructures, difficiles voire impossibles à rentabiliser.

Pour l'opposition, des infrastructures vouées à être détruites

Selon un rapport rédigé avant les JO par deux opposants russes, Boris Nemtsov (ex-ministre de Boris Eltsine) et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


A lire aussi sur Le Parisien.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant