JO de Rio : ni Lula ni Rousseff n'assisteront à la cérémonie d'ouverture

le
0
Dilma Rousseff, le 6 octobre 2014 au Brésil.
Dilma Rousseff, le 6 octobre 2014 au Brésil.

La présidente suspendue refuse « d’être au second plan ». Son prédécesseur, qui avait largement oeuvré à l’obtention des Jeux, n’a pas expliqué sa décision.

Selon des sources officielles, ni la présidente suspendue du Brésil Dilma Rousseff, ni son prédécesseur Luiz Inacio Lula da Silva, grâce à qui les Jeux olympiques ont été attribués à Rio, n’assisteront à la cérémonie d’ouverture au Maracana le 5 août.

« Elle n’ira pas », a déclaré, mardi 26 juillet, une source du Palais de l’Alvorada où Mme Rousseff attend le résultat de sa procédure en destitution. « Lula ne viendra » pas, a affirmé de son côté le porte-parole de l’Institut Lula à Sao Paulo, José Chrispiniano.

Un chapitre de plus dans la crise politique L’absence des deux dirigeants de gauche à la cérémonie d’ouverture est un chapitre de plus dans la crise politique qui secoue le Brésil depuis des mois.

Mme Rousseff a été écartée provisoirement du pouvoir le 12 mai par le Sénat, dans l’attente du jugement final de sa procédure de destitution pour maquillage des comptes publics présumé. Cette dernière a indiqué lundi 25 juillet dans une interview au service portugais de RFI qu’elle refusait « d’être au second plan » lors de cette cérémonie.

« Pour commencer, ils sont le fruit d’un grand travail de l’ex-président Lula (2003-2010). Deuxièmement, parce que le gouvernement fédéral a fourni l’infrastructure des JO » sous son gouvernement, de 2011 à 2016, a-t-elle souligné.

Michel Temer ouvrira officiellement les jeux Le 12 mai, elle a été remplacée par son vice-président de centre droit, Michel Temer, qu’elle accuse de l’avoir trahie et ourdi un « coup d’Etat » parlementair...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant