JO de Rio 2016. Christophe Lemaître : « Ne punissons pas les athlètes propres »

le , mis à jour à 10:02
0
JO de Rio 2016. Christophe Lemaître : « Ne punissons pas les athlètes propres »
JO de Rio 2016. Christophe Lemaître : « Ne punissons pas les athlètes propres »

Deuxième au meeting de Monaco vendredi dernier en 20''24 sur 200 m, le sprinteur d'Aix-les-Bains (Savoie) revient en forme à deux semaines de l'ouverture des Jeux. Mais il s'énerve de ne pas savoir si des athlètes russes y seront aussi.

 

On ne sait toujours pas si les athlètes russes seront présents ou pas. Cela vous agace-t-il ?

CHRISTOPHE LEMAITRE. Oui, il est vraiment temps qu'on prenne une décision sur ce dossier qui traîne trop et qu'on s'y tienne une bonne fois pour toutes, quelles qu'en soient les conséquences. Cela n'a que trop duré. Je pense aux athlètes russes qui sont propres, qui se préparent toujours sans savoir s'ils seront aux Jeux olympiques. Dans un peu plus de deux semaines, on défile et on ne sait encore rien. C'est perturbant aussi pour nous de ne pas savoir si on aura un Russe ou pas en face de nous.

 

Vous pensez qu'il peut y avoir des athlètes russes non dopés ?

Bien entendu. Il y en a qui n'ont jamais triché et c'est terrible pour eux d'être pris dans un tel engrenage alors qu'ils ont travaillé honnêtement, comme nous, pour être aux Jeux. On va peut-être les en priver pour des affaires qui ne les concernent pas. Je ne m'imagine pas être à leur place.

 

Etes-vous partisan d'exclure tous les sportifs russes des Jeux de Rio ?

Non, c'est vraiment une décision extrême. Ne punissons pas les Russes qui sont propres. Je préfère une solution où on inviterait les athlètes honnêtes sous les couleurs du CIO, par exemple, pour leur donner leur chance. Il faut punir très, très sévèrement les tricheurs, et je l'ai toujours dit, mais pas les athlètes honnêtes.

 

Comment les reconnaître ?

C'est à eux de se signaler et aux instances de la lutte antidopage de faire le tri.

 

Ce dopage d'Etat russe ne nuit-il pas à tout l'athlétisme ?

Si, hélas, et c'est bien ça le plus triste dans l'affaire. Cette histoire ne touche pas que l'athlétisme russe. Elle touche tout le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant