JO de Munich : « Un 5 septembre horrible »

le
0
INTERVIEW - Jean-Jacques Mulot, actuel président de la Fédération française d'aviron et trésorier du Comité national olympique français, a vécu cette journée du 5 septembre aux JO de Munich. Militaire (appelé) de 22 ans, il était engagé dans les épreuves d'aviron.

LE FIGARO. - Quarante ans après cette funeste journée, que vous reste-t-il comme souvenirs?

Jean-Jacques MULOT. - Je me souviens d'un grand sentiment de tristesse. Et quarante ans après, je ressens encore beaucoup d'émotion. À l'époque, je faisais mon service militaire au Bataillon de Joinville et j'étais tout content de disputer les Jeux olympiques. Et ce 5 septembre, cela a été horrible.

Racontez-nous cette journée...

J'avais fini mes épreuves et je ne m'étais pas levé tôt au village olympique, c'était la fête. Et au cours de la matinée, on apprend qu'il s'est passé quelque chose, on ne sait pas bien quoi. Et au fur et à me­sure de la journée, on découvre l'ampleur du drame. Il faut savoir qu'au village, on est assez déconnecté de l'extérieur. Donc l'information met du temps à se propager. Et puis, le soir, on voit des hélicoptères qui tournent autour des immeubles, on prend alors vraiment conscience de ce qui est en train de se passer. Le lendemain,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant