JO de 1936 : jeux rouges contre jeux bruns

le , mis à jour à 10:46
0
JO de 1936 : jeux rouges contre jeux bruns
JO de 1936 : jeux rouges contre jeux bruns

Une rumeur inhabituelle gagne la gare d'Austerlitz à Paris en ce début de soirée du vendredi 17 juillet 1936. Un joyeux brouhaha venu d'une foule massée sur un des quais, où voisinent élégants costumes et casquettes de sport. Il y a surtout des hommes, mais également des femmes. Soudain, les poings se lèvent tandis que retentit le premier couplet de l'Internationale. Au milieu de l'assemblée, un grand panneau annonce, en pleins et déliés de craie : « Train spécial, Olympiades populaires de Barcelone ».

 

Spécial, le train l'est autant que l'entreprise qu'il sert : des centaines de sportifs français vont participer à des jeux organisés par la municipalité catalane et soutenus par le gouvernement de Front populaire espagnol. Des contre-Jeux, en réalité, puisque ces « Fêtes de la paix et de la fraternité » sont une réponse socialiste aux JO nazis qui doivent se tenir cet été-là à Berlin. Lorsqu'ils ont été attribués en 1931, l'Allemagne était encore une république. Mais, depuis 1933, Berlin est devenue la capitale du III e Reich. Pour ces athlètes, pas question d'aller courir pour les jeux de Hitler !

 

Rassembler pour protester

 

Ce mouvement de boycott s'est organisé autour d'un Comité international pour le respect de l'idée olympique, animé principalement en France par la toute jeune FSGT. Fondée en 1934, la Fédération sportive et gymnique du travail réunit deux fédérations omnisports jusque-là rivales, l'une affiliée au Parti communiste français, l'autre à la SFIO, l'ancêtre du Parti socialiste. Une unité qui préfigure le gouvernement de Front populaire qui accédera au pouvoir en mai 1936. Vis-à-vis des Jeux olympiques, le mot d'ordre de la FSGT est sans équivoque : « Pas un sou, pas un homme pour les JO de Berlin ! »

 

Répondant à son appel, quelque 1 500 sportifs français s'apprêtent à concourir à Barcelone la Rouge. En tout, 23 délégations sont attendues ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant