JO: D'une Manaudou à un autre, en natation

le
0
DANS LA FAMILLE MANAUDOU, FLORENT PREND LE RELAIS DE LAURE
DANS LA FAMILLE MANAUDOU, FLORENT PREND LE RELAIS DE LAURE

par Mario Andres

LONDRES (Reuters) - Laure Manaudou est passée à côté, jeudi, de sa dernière course olympique individuelle sur 200 m dos, mais s'est consolée en assistant à la qualification de son petit frère Florent pour la finale du 50 mètres nage libre des Jeux de Londres.

Partie trop vite, la championne olympique du 400 m des Jeux d'Athènes a sombré pour terminer dernière de sa série et 30e temps combiné, en 2'14"29, à près de huit secondes de son record de France.

"Je ne suis pas très contente de moi. J'étais un peu perdue. Je me suis rendue compte que je ne savais plus courir un 200 m", a-t-elle dit de cette deuxième élimination prématurée après celle sur 100 m dos.

L'ancienne reine de la natation française avait sans doute déjà atteint son objectif en se qualifiant pour ses troisièmes Jeux et elle a été plus spectatrice qu'actrice cette semaine dans le Centre aquatique de Londres.

"Les choses sont totalement différentes dans la chambre d'appel, les jeunes sont beaucoup plus relax, beaucoup moins attachées à la performance. J'essaie de m'inspirer de ce détachement, mais c'est à la fois un bien et un mal", a expliqué Laure Manaudou, encore engagée théoriquement sur le 4X100 m 4 nages.

Ce détachement, elle le tient en partie de son petit frère Florent, qui a obtenu dans la soirée son ticket pour la finale du 50 m nage libre. Sous les yeux de sa soeur multi-médaillée, le nageur de 21 ans a fini sa demi-finale à la troisième place, avec le sixième temps des huit qualifiés.

Florent Manaudou disputera vendredi soir sa finale, une nouvelle occasion pour lui d'inspirer son aînée.

"Je pense que je lui apporte un peu ce recul. Notre génération est moins focalisée sur le résultat à tout prix", a-t-il dit.

Sa grande soeur, qui a toujours marché à l'affectif et sélectionne parfois ses courses en fonction de la présence de son compagnon, Frédérick Bousquet, avoue que la compagnie de Florent lui fait du bien.

"C'est une chance de pouvoir partager ces Jeux ensemble, en tant que frère et soeur. Ce n'est pas si fréquent."

LEVEAUX OUT

Après la gloire d'Athènes et les larmes de Pékin, Laure Manaudou vit des troisièmes Jeux une fois de plus totalement différents.

"Ce que j'ai appris ici, c'est que ce n'est pas facile de revenir après une grossesse et deux ans d'arrêt. C'est difficile quand son corps, qui répondait à ce qu'on lui demandait, ne répond plus aussi bien", a expliqué celle qui est maman d'une petite Manon.

Elle refuse pourtant de "se projeter" et de parler de l'avenir, qui appartient de toute façon plus à son frère qu'à elle.

"C'est sûr que les résultats exceptionnels de l'équipe de France, ça motive. On va essayer d'aller en chercher une aussi (une médaille, NDLR)", a déclaré Florent Manaudou avant sa demi-finale.

Amaury Leveaux disputait comme Laure Manaudou ses troisièmes Jeux olympiques.

Médaillé d'argent à Pékin sur le 50 m nage libre, il n'a pu sortir des séries, éliminé pour huit centièmes.

"J'ai laissé beaucoup d'influx dans les courses précédentes", a expliqué le Français, qui repartira de Londres avec les médailles d'or du relais 4x100 et d'argent du 4x200 mètres nage libre.

Coralie Balmy avait, elle aussi, laissé pas mal d'énergie dans son relais final du 4x200 m français, qui s'est paré de bronze mercredi soir.

Elle s'est quand même qualifiée in extremis pour la finale du 800 m nage libre avec le huitième et dernier temps qualificatif en 8'27"15.

Edité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant