JO: à Sotchi, le CIO critique l'utilisation politique des Jeux

le
0
LE PATRON DU CIO CRITIQUE L'UTILISATION POLITIQUE DES JEUX À SOTCHI
LE PATRON DU CIO CRITIQUE L'UTILISATION POLITIQUE DES JEUX À SOTCHI

SOTCHI, Russie (Reuters) - Les Jeux olympiques d'hiver de Sotchi sont un événement purement sportif qui ne devrait pas être exploité à des fins politiques par des dirigeants qui n'y ont même pas été invités, a déclaré mardi le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach à trois jours de la compétition.

"Nous avons vu quelques hommes politiques dont la contribution à la lutte pour la bonne cause a consisté à publiquement décliner des invitations qu'ils n'avaient même pas reçues", a dit Thomas Bach dans la ville-hôte des Jeux, devant un auditoire comprenant le président russe Vladimir Poutine.

"Nous sommes reconnaissants envers ceux qui respectent le fait que le sport ne peut que contribuer au développement et à la paix s'il n'est pas utilisé comme tribune pour l'opposition politique ou pour essayer de marquer des points dans un contexte politique interne ou externe", a ajouté le responsable allemand, élu en septembre dernier à la tête du mouvement olympique.

Certains pays comptent profiter des Jeux olympiques qui se dérouleront du 7 au 23 février 2014 dans le sud de la Russie pour dénoncer une loi russe controversée qui limite les droits des homosexuels.

Barack Obama a ainsi donné à deux athlètes ouvertement homosexuelles, la joueuse de tennis Billie Jean King et la championne olympique de hockey sur glace Caitlin Cahow, une place de premier rang au sein de la délégation américaine.

Plusieurs dirigeants comme François Hollande, David Cameron ou le président allemand Joachim Gauck ont quant à eux fait savoir qu'ils ne se rendraient pas à Sotchi mais sans fournir de raison spécifique.

L'absence du chef de l'Etat français à l'inauguration des Jeux ne constitue pas un message de réprobation à l'égard des autorités russes sur la situation des homosexuels dans le pays, a assuré en décembre le gouvernement.

Karolos Grohmann; Jean-Stéphane Brosse pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant