JO 2016 - Natation - La justice brésilienne perplexe sur le témoignage de Lochte

le
0
JO 2016 - Natation - La justice brésilienne perplexe sur le témoignage de Lochte
JO 2016 - Natation - La justice brésilienne perplexe sur le témoignage de Lochte

Une juge de Rio a demandé la confiscation des passeports de Ryan Lochte et James Feigen après que les nageurs américains aient donné des versions contradictoires d'une agression qu'ils auraient subi.

Ryan Lochte (champion olympique en individuel en 2008 et 2012) et James Feigen vont devoir s'expliquer de nouveau avec la justice brésilienne. Ce mercredi, une juge de Rio a émis des « mandats de perquisition et décrété la saisie des passeports des nageurs américains », une procédure visant à empêcher les sportifs de quitter le territoire. La raison ? La magistrate a remarqué certaines incohérences dans les témoignages des nageurs après une agression à main armée dont ils auraient été victimes. Le nombre d'assaillants diffère selon les versions. La juge note aussi que « les victimes (Lochte et Feigen) sont rentrées physiquement et mentalement en pleine forme, au point de plaisanter entre eux», en se basant sur des images enregistrées par les caméras de sécurité à leur retour à l'hôtel. L'avocat de Ryan Lochte a déclaré que le nageur avait déjà quitté le Brésil, une information que la police de Rio n'a pas confirmé. Selon le Comité olympique américain, Jack Conger et Gunnar Bentz ont été interpellés par les autorités brésiliennes alors qu'ils s'apprêtaient à rentrer aux Etats-Unis. Braqués par de faux policiers Pour rappel, Ryan Lochte avait raconté à la télévision américaine NBC avoir été braqué par arme à feu dimanche, avec trois autres nageurs américains (Gunnar Bentz, Jack Conger, James Feigen). De retour d'une fête au Club France à Rio, ils avaient vu leur taxi stoppé par des faux policiers. Alors qu'il ignorait les ordres d'un des braqueurs, qui lui demandait de s'étendre au sol, « le type a sorti son arme, l'a enclenchée, l'a braquée sur mon front et a dit "baisse-toi"», avait-il expliqué. L'incident avait déclenché une certaine confusion, le Comité international olympique (CIO) ayant dans un premier temps démenti l'information, assurant avoir consulté l'équipe américaine. Mais Patrick Sandusky, le porte-parole du Comité olympique américain, avait ensuite confirmé l'agression.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant