JO 2016 : Lavillenie et le long cauchemar de Rio

le
0
Renaud Lavillenie, après avoir manqué son dernier saut. 
Renaud Lavillenie, après avoir manqué son dernier saut. 

Après sa douloureuse défaite contre le Brésilien Thiago Braz, Renaud Lavillenie a fait part de sa déception dans une réaction à l'emporte-pièce qu'il a presque aussitôt regrettée. Las ! Ses excuses ne l'ont pas empêché d'être à nouveau hué lors de la remise des médailles mardi soir, au point de fondre en larmes. Il faut dire que le vice-champion olympique avait jugé, après la finale du concours, que c'était un « public de merde », se comparant à Jesse Owens, selon lui, sifflé à Berlin.

En conférence de presse, nouveau mea culpa : « J'ai fait une grosse erreur. J'étais sans doute trop énervé. Bien sûr qu'on ne peut pas comparer ces deux publics », avait-il convenu. Mais ce repentir n'a servi à rien. Au moment de recevoir sa médaille d'argent dans le stade, Lavillenie a alors été vivement sifflé dans l'enceinte olympique. Alors que les sifflets descendaient des tribunes, le Français a laissé échapper des larmes sur le podium, l'argent au cou. Dans l'attente de recevoir sa médaille d'or, Braz a de son côté fait signe à la foule d'applaudir le Français, exprimant son incompréhension. Mais les huées se sont prolongées et le mal était fait.

À la suite de cet événement, le recordman du monde (6,16 m) a trouvé refuge dans une petite salle sous la tribune principale, selon un photographe de l'AFP. Là, il s'est effondré en larmes et a été réconforté par Sebastian...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant